Archives par mot-clé : Transition politique

Commission vérité : enjeux et limites des révélations publiques.

On sait que la rémission d’un traumatisme – ensemble de troubles psychiques successifs à un évènement singulièrement éprouvant de la vie – est en partie liée à la manière dont les individus donnent sens à ce qui leur est arrivé et à la reconnaissance de la souffrance causée par l’évènement traumatique [1]. À cette approche, succède l’idée que la restauration et l’amélioration de l’état psychique de l’individu auront plus sûrement lieux dans un espace bienveillant où la victime est entendue et où les précisions les plus intimes qu’elle souhaite donner à son histoire peuvent être révélées sans risque immédiat ou ultérieur à leur énonciation. Ce fut, transposée aux traumatismes collectifs, le credo de la Truth and Reconciliation Commission (TRC) instaurée au démantèlement de l’Apartheid en Afrique-du-Sud : “Le potentiel de guérison et d’apaisement de la narration auto-biographique par la révélation de la Vérité devant une audience respectueuse et une institution officielle[2]. Le Droit de savoir (droit de connaître la vérité  sur un évènement et ses circonstances) et la reconnaissance médiatisée des dommages étant pensés comme tenant un pouvoir de guérison intime et social, c’est-à-dire en mesure d’atténuer des chocs émotionnels non pas uniquement liés à l’identité individuelle mais à des identités collectives**.

Continuer la lecture de Commission vérité : enjeux et limites des révélations publiques.

L’Apartheid: « Une idée comme un air qu’on respire ». Entretien avec Adriaan Vlok.

Ministre de l’ordre et de la loi de 1986 à 1991, Adriaan Vlok fut l’un des hommes les plus importants et les plus craints du système ségrégationniste sud-africain. À la fin des années 1980, alors que l’Apartheid est de plus en plus contesté, il fomente des attentats à la bombe contre des Églises et des syndicats et participe à des tentatives d’assassinats d’opposants politiques. Lors de la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation en 1996, cinq ans après la chute du régime, Vlok est le seul ministre à demander publiquement pardon. Il en est amnistié. Depuis vingt ans, il travaille dans les townships « noirs » de Pretoria, au nord de Johannesburg, pour venir en aide aux plus démunis. C’est, dit-il, son « parcours de rédemption ».

Continuer la lecture de L’Apartheid: « Une idée comme un air qu’on respire ». Entretien avec Adriaan Vlok.