Archives par mot-clé : Témoignages

La crainte de l’exil : l’ailleurs et le Rwanda.

Pourquoi avais-je choisi de rentrer au Rwanda en 1994? Au Burundi, j’avais un travail, un toit, une famille. Qui peut comprendre ce désir, ce besoin de retourner vivre dans un pays dont ma connaissance tenait plus de la mémoire des autres et du fantasme, qui avait moins de force dans mes souvenirs que le pays où je vivais depuis trente ans ? Pour le saisir, il faut puiser dans la culture rwandaise, la violence du départ involontaire, la responsabilité des autres pays dans leur accueil, la nôtre de ne pas s’y sentir accueilli, l’étrange besoin «d’être » d’un lieu qui semble avoir un ancrage terrestre pour contrer la condition de doutes qui demeurent sur nos origines, d’y forger un mythe de filiation originelle comme un abri contre l’incertitude.

Témoignage d’Innocent Ruzigana, guide du mémorial de Ntarama, au Rwanda, né en 1958, à Butare et en exil au Burundi de 1961 à 1994. Texte coécrit par Innocent Ruzigana et Amélie Faucheux**.

Continuer la lecture de La crainte de l’exil : l’ailleurs et le Rwanda.

Kwihangana : Survivre, il y a vingt-six ans au Rwanda, dans un plafond.

Où trouver la force de survivre ? Comment le corps résiste-t-il à des conditions de violences extrêmes, à la faim, à la fatigue, à la peur, à l’enfermement ? Est-ce volontaire, instinctif ou le résultat d’une certaine habitude?

Témoignage de Narcisse Nzamurambaho, né en 1962 à Butare et rescapé du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994. Parole recueillie (avril 2019) puis réécrit par Amélie Faucheux, relu et discuté avec lui**.

Continuer la lecture de Kwihangana : Survivre, il y a vingt-six ans au Rwanda, dans un plafond.

L’Apartheid: « Une idée comme un air qu’on respire ». Entretien avec Adriaan Vlok.

Ministre de l’ordre et de la loi de 1986 à 1991, Adriaan Vlok fut l’un des hommes les plus importants et les plus craints du système ségrégationniste sud-africain. À la fin des années 1980, alors que l’Apartheid est de plus en plus contesté, il fomente des attentats à la bombe contre des Églises et des syndicats et participe à des tentatives d’assassinats d’opposants politiques. Lors de la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation en 1996, cinq ans après la chute du régime, Vlok est le seul ministre à demander publiquement pardon. Il en est amnistié. Depuis vingt ans, il travaille dans les townships « noirs » de Pretoria, au nord de Johannesburg, pour venir en aide aux plus démunis. C’est, dit-il, son « parcours de rédemption ».

Continuer la lecture de L’Apartheid: « Une idée comme un air qu’on respire ». Entretien avec Adriaan Vlok.

Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Né en 1970 sur la colline de Jali, près de Kigali, André B. a  24 ans au temps du génocide. Lorsque je le rencontre dans la capitale, il est très pauvrement habillé.  Son pantalon est particulièrement sale, comme sa chemise, trouée par endroit et effilée sur les manches. Sa veste est trouée, ses pieds couverts de champignons, ses chaussures de plastique ne tiennent plus autour de sa cheville. Il est gêné de s’asseoir devant nous, tient les yeux à terre, évite les regards. Au début de l’entretien, il a du mal à parler, sa honte, réelle, est différente de celle de beaucoup d’autres, un peu gênés pendant l’interview ou dans la salle mais qui le sont moins une fois dehors, quand je les observe regagner des amis ou une famille, à l’orée de la petite salle où se tiennent les entretiens. Son récit est à cette image : l’histoire d’un homme profondément malheureux, méprisé par son père, maltraité par sa belle-mère et qui trouva dans la participation au génocide, au delà de la haine qu’il avait nourri contre les Tutsi par ses proches – familles et amis – l’espoir d’une vie meilleur et surtout d’une reconnaissance paternelle et sociale. Il l’a trouvera dans le temps éphémère du meurtre pour la perdre définitivement ensuite.

Continuer la lecture de Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Meurtres de masse et condition collective: être dans un groupe. Entretien avec François T, Musambira, Rwanda.

François T., Jeune aide-ménager né en 1981, participe aux massacres des Tutsi de sa colline, au Rwanda, entre avril et mai 1994.  Dans un entretien assez court qu’il me donne avec une grande honnêteté, il revient sur ce qui l’a poussé à participer aux meurtres de celles et ceux qu’il connaissait, sur sa colline natale. A l’écouter, et bien que son propos suive un récit d’abord autobiographique, se dessinent des raisons claires à sa participation. Parmi celles-ci apparaissent son jeune âge, l’enchaînement des évènements (ou la prise dans l’engrenage des évènements sociaux et de ses actes), la peur (celle de la précarité sociale, celle de la guerre, etc.), le plaisir – ce « plaisir » que tant de participants décrivent avoir ressenti au moment de la commission des meurtres – et l’importance de la camaraderie et du collectif : la crainte de ne plus être considéré comme membre de sa communauté s’il ne participe pas.

Continuer la lecture de Meurtres de masse et condition collective: être dans un groupe. Entretien avec François T, Musambira, Rwanda.