Archives par mot-clé : Histoire du racisme

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Synthèse historique et sociologique.

Piller, dénoncer, maltraiter, encourager à tuer ou tuer parfois de ses mains son voisin surtout mais aussi son professeur, son médecin, son collègue, quelquefois sa mère, son conjoint, son demi-frère, son oncle, son neveu, son amie d’enfance, parce qu’il est tutsi : par leur ampleur, ces actes constituent le fait le plus singulier du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994. Comment des individus peuvent-ils en arriver à vouloir exterminer une partie de ceux qu’ils ont connus, voire de leurs plus proches ?

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

Éléments de compréhensions psycho-sociologiques.

Suite à la synthèse chronologique présentée dans l’article précédent  et qui proposait des éléments de compréhensions historiques et sociologiques relatifs aux possibilités des ruptures affectives et sociales qui eurent lieux lors du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994, cette seconde partie revient sur cette question par la présentation de quelques pistes d’analyses psychosociologiques.

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

Dans l’histoire rwandaise, expliquer ce qu’est la « théorie hamitique », c’est retracer la biologisation des catégories Hutu et Tutsi. Car c’est d’une construction purement raciste dont il est question ici : un processus de construction historique, psychologique, sociale et politique de groupes humains par l’attribution à ses membres d’une nature biologique qui aurait une réalité matérielle et des effets sur leurs manières d’être et d’agir.

Continuer la lecture de La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

L’Apartheid: « Une idée comme un air qu’on respire ». Entretien avec Adriaan Vlok.

Ministre de l’ordre et de la loi de 1986 à 1991, Adriaan Vlok fut l’un des hommes les plus importants et les plus craints du système ségrégationniste sud-africain. À la fin des années 1980, alors que l’Apartheid est de plus en plus contesté, il fomente des attentats à la bombe contre des Églises et des syndicats et participe à des tentatives d’assassinats d’opposants politiques. Lors de la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation en 1996, cinq ans après la chute du régime, Vlok est le seul ministre à demander publiquement pardon. Il en est amnistié. Depuis vingt ans, il travaille dans les townships « noirs » de Pretoria, au nord de Johannesburg, pour venir en aide aux plus démunis. C’est, dit-il, son « parcours de rédemption ».

Continuer la lecture de L’Apartheid: « Une idée comme un air qu’on respire ». Entretien avec Adriaan Vlok.