Archives par mot-clé : Expériences de l’exil

La crainte de l’exil : l’ailleurs et le Rwanda.

Pourquoi avais-je choisi de rentrer au Rwanda en 1994? Au Burundi, j’avais un travail, un toit, une famille. Qui peut comprendre ce désir, ce besoin de retourner vivre dans un pays dont ma connaissance tenait plus de la mémoire des autres et du fantasme, qui avait moins de force dans mes souvenirs que le pays où je vivais depuis trente ans ? Pour le saisir, il faut puiser dans la culture rwandaise, la violence du départ involontaire, la responsabilité des autres pays dans leur accueil, la nôtre de ne pas s’y sentir accueilli, l’étrange besoin «d’être » d’un lieu qui semble avoir un ancrage terrestre pour contrer la condition de doutes qui demeurent sur nos origines, d’y forger un mythe de filiation originelle comme un abri contre l’incertitude.

Témoignage d’Innocent Ruzigana, guide du mémorial de Ntarama, au Rwanda, né en 1958, à Butare et en exil au Burundi de 1961 à 1994. Texte coécrit par Innocent Ruzigana et Amélie Faucheux**.

Continuer la lecture de La crainte de l’exil : l’ailleurs et le Rwanda.

« En art, il n’y a pas d’étranger. » L’École de Paris : l’atelier cosmopolite (1900-1929).

1900 [1], « Chinois et Scandinaves, Espagnols et Grecs, Brésiliens et Canadiens, tous se sentent chez eux, sur les rives de la Seine ». Là, « point de contrainte ». Les hommes peuvent « parler, penser, rire, gronder comme » ils le veulent, chacun vit « comme il lui plaît ». Il n’y a pas encore sur le continent cette chape d’idées de plomb – « la race, la classe et l’origine » – qui iront éteindre ses lumières, semant « la méfiance de pays à pays et d’homme à homme » : Paris donne des ailes [2]. Est-ce parce que Stefan Zweig écrit ces lignes quarante ans plus tard, lorsque des hommes hissent sur cette même ville le svastika, que le passé flamboie dans ses mots comme la seule terre où jeter l’ancre ? Est-ce un rêve, son fantasme, un mythe ? Mais le souvenir d’un lieu prodigue où il y avait « place pour toutes les originalités », un lieu de tous les possibles, c’est ce que tant d’artistes – et parmi eux Chagall, Soutine, Foujita, Orloff, Picasso, Gris, Archipenko, Rivera, Vassilieff – témoignent avoir trouvé. C’est pour lui qu’ils traversent l’Europe et les mers. Ensemble, ils forment ce que les livres d’art désignent plus tard sous le terme indéfinissable  « d’École de Paris » [3].

Continuer la lecture de « En art, il n’y a pas d’étranger. » L’École de Paris : l’atelier cosmopolite (1900-1929).