Archives par mot-clé : Droits Humains

Commission vérité : enjeux et limites des révélations publiques.

On sait que la rémission d’un traumatisme – ensemble de troubles psychiques successifs à un évènement singulièrement éprouvant de la vie – est en partie liée à la manière dont les individus donnent sens à ce qui leur est arrivé et à la reconnaissance de la souffrance causée par l’évènement traumatique [1]. À cette approche, succède l’idée que la restauration et l’amélioration de l’état psychique de l’individu auront plus sûrement lieux dans un espace bienveillant où la victime est entendue et où les précisions les plus intimes qu’elle souhaite donner à son histoire peuvent être révélées sans risque immédiat ou ultérieur à leur énonciation. Ce fut, transposée aux traumatismes collectifs, le credo de la Truth and Reconciliation Commission (TRC) instaurée au démantèlement de l’Apartheid en Afrique-du-Sud : “Le potentiel de guérison et d’apaisement de la narration auto-biographique par la révélation de la Vérité devant une audience respectueuse et une institution officielle[2]. Le Droit de savoir (droit de connaître la vérité  sur un évènement et ses circonstances) et la reconnaissance médiatisée des dommages étant pensés comme tenant un pouvoir de guérison intime et social, c’est-à-dire en mesure d’atténuer des chocs émotionnels non pas uniquement liés à l’identité individuelle mais à des identités collectives**.

Continuer la lecture de Commission vérité : enjeux et limites des révélations publiques.

Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

Jusqu’où peut aller la liberté d’expression ? Pourquoi  ne pourrait-elle être illimitée, et absolue ? Comment décider de ce qui relève de la liberté de parole et ce qui relève de la calomnie, de la liberté de caricature et de satire ou du cadre de l’insulte voire de la haine? C’est étrange, cette question qui me revient toujours en tête, autour du 7 janvier, par la mémoire encore sidérée de « Charlie ». Étrange, parce qu’à force de voyages et d’investigations au Rwanda, j’ai, à chaque évènement social ou personnel que je rencontre, un exemple spontané qui me vient en tête pour le comparer et le comprendre, une hypothèse née de ce que j’y ai vu, appris, entendu, perçu.

Continuer la lecture de Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

« En art, il n’y a pas d’étranger. » L’École de Paris : l’atelier cosmopolite (1900-1929).

1900 [1], « Chinois et Scandinaves, Espagnols et Grecs, Brésiliens et Canadiens, tous se sentent chez eux, sur les rives de la Seine ». Là, « point de contrainte ». Les hommes peuvent « parler, penser, rire, gronder comme » ils le veulent, chacun vit « comme il lui plaît ». Il n’y a pas encore sur le continent cette chape d’idées de plomb – « la race, la classe et l’origine » – qui iront éteindre ses lumières, semant « la méfiance de pays à pays et d’homme à homme » : Paris donne des ailes [2]. Est-ce parce que Stefan Zweig écrit ces lignes quarante ans plus tard, lorsque des hommes hissent sur cette même ville le svastika, que le passé flamboie dans ses mots comme la seule terre où jeter l’ancre ? Est-ce un rêve, son fantasme, un mythe ? Mais le souvenir d’un lieu prodigue où il y avait « place pour toutes les originalités », un lieu de tous les possibles, c’est ce que tant d’artistes – et parmi eux Chagall, Soutine, Foujita, Orloff, Picasso, Gris, Archipenko, Rivera, Vassilieff – témoignent avoir trouvé. C’est pour lui qu’ils traversent l’Europe et les mers. Ensemble, ils forment ce que les livres d’art désignent plus tard sous le terme indéfinissable  « d’École de Paris » [3].

Continuer la lecture de « En art, il n’y a pas d’étranger. » L’École de Paris : l’atelier cosmopolite (1900-1929).

La tragédie des Harkis : de l’abandon à la récupération politique.

Pour avoir aidé la France pendant la guerre d’Algérie (1954 – 1962), les harkis, auxiliaires algériens de l’armée métropolitaine, sont considérés comme des traites par leurs compatriotes. A l’indépendance,  chacun sait le risque de règlements de compte qui les menace :  la France s’engage  à les rapatrier. Mais elle ne tient ses promesses que pour une partie d’entre-eux et sans mettre en place des mesures d’accueil décent sur son territoire. Ceux qui demeurent en Algérie sont immédiatement victimes d’humiliations ou de massacres. Ceux qui rejoignent les côtes françaises font face à la précarité, à l’indifférence et au racisme.

Continuer la lecture de La tragédie des Harkis : de l’abandon à la récupération politique.

Violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés.

Intérêts matériels, jouissances, fonctions symboliques et stratégiques.

Les violences sexuelles sont des actes imposés par la force ou la coercition tels que la peur, la menace, la contrainte, la détention, l’usage de pressions psychologiques ou l’abus de pouvoir, et qui ont pour finalité un viol (pénétration vaginale d’un corps étranger non restreint à la verge [1] ), des mutilations sexuelles, l’esclavage sexuel, la prostitution et la grossesse ou la stérilisation forcées. De guerre comme de paix, ces violences affectent les femmes de manière disproportionnée.  Ce sont les veuves, épouses répudiées, femmes âgées, handicapées, incarcérées [2] ou appartenant à un groupe minoritaire qui en sont les plus grandes victimes [3]. Perpétrées de tout temps [4], ces pratiques se multiplient lors des conflits armés.

Continuer la lecture de Violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés.