Archives par mot-clé : Analyse de la violence

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Synthèse historique et sociologique.

Piller, dénoncer, maltraiter, encourager à tuer ou tuer parfois de ses mains son voisin surtout mais aussi son professeur, son médecin, son collègue, quelquefois sa mère, son conjoint, son demi-frère, son oncle, son neveu, son amie d’enfance, parce qu’il est tutsi : par leur ampleur, ces actes constituent le fait le plus singulier du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994. Comment des individus peuvent-ils en arriver à vouloir exterminer une partie de ceux qu’ils ont connus, voire de leurs plus proches ?

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

Éléments de compréhensions psycho-sociologiques.

Suite à la synthèse chronologique présentée dans l’article précédent  et qui proposait des éléments de compréhensions historiques et sociologiques relatifs aux possibilités des ruptures affectives et sociales qui eurent lieux lors du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994, cette seconde partie revient sur cette question par la présentation de quelques pistes d’analyses psychosociologiques.

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

« Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

Pourquoi le déni du génocide par le génocidaire ? Que dit-il des spécificités de ce crime et de ceux qui l’ont commis ? 

Ces questions constituent le coeur d’une étude qui s’est déroulée du 2 août au 3 octobre 2014 au sein de la prison d’Akpro-Missérété au Bénin (Porto-Novo). Elle a permis de s’entretenir  avec treize détenus condamnés pour crime de Génocide par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et un quatorzième, anciennement condamné puis libéré et rencontré à Cotonou.

Continuer la lecture de « Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

« Si tu le trouves alors qu’il est discret : ne dis rien ». Étude du rejet de l’homosexualité dans le contexte Rbatie.

Pourquoi et comment les représentations négatives de l’homosexualité se construisent elles au Maroc ? Pourquoi l’homosexualité y est-elle encore définie comme un acte « contre-nature » mais condamnée seulement si elle est visible et assumée ? Car si les homosexuels subissent peines de prison et humiliations physiques s’ils se revendiquent comme tels, s’ils se cachent, leur sexualité est tolérée.  Comment comprendre ce paradoxe ?

Continuer la lecture de « Si tu le trouves alors qu’il est discret : ne dis rien ». Étude du rejet de l’homosexualité dans le contexte Rbatie.

Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Né en 1970 sur la colline de Jali, près de Kigali, André B. a  24 ans au temps du génocide. Lorsque je le rencontre dans la capitale, il est très pauvrement habillé.  Son pantalon est particulièrement sale, comme sa chemise, trouée par endroit et effilée sur les manches. Sa veste est trouée, ses pieds couverts de champignons, ses chaussures de plastique ne tiennent plus autour de sa cheville. Il est gêné de s’asseoir devant nous, tient les yeux à terre, évite les regards. Au début de l’entretien, il a du mal à parler, sa honte, réelle, est différente de celle de beaucoup d’autres, un peu gênés pendant l’interview ou dans la salle mais qui le sont moins une fois dehors, quand je les observe regagner des amis ou une famille, à l’orée de la petite salle où se tiennent les entretiens. Son récit est à cette image : l’histoire d’un homme profondément malheureux, méprisé par son père, maltraité par sa belle-mère et qui trouva dans la participation au génocide, au delà de la haine qu’il avait nourri contre les Tutsi par ses proches – familles et amis – l’espoir d’une vie meilleur et surtout d’une reconnaissance paternelle et sociale. Il l’a trouvera dans le temps éphémère du meurtre pour la perdre définitivement ensuite.

Continuer la lecture de Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.