La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

Dans l’histoire rwandaise, expliquer ce qu’est la « théorie hamitique », c’est retracer la biologisation des catégories socioprofessionnelles de Hutu et Tutsi. Car c’est d’une construction purement raciste dont il est question ici : un processus de construction historique, psychologique, sociale et politique de groupes humains via l’attribution à ces groupes, et donc à leurs membres, d’une nature biologique distincte (ou “race”). Par leur concrétisation matérielle via l’inégalité consécutive du traitement social de leurs membres en termes d’accès aux postes, aux études et aux biens, cette différenciation aurait des effets sur les manières d’être et d’agir.

Continuer la lecture de La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

Violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés.

Intérêts matériels, jouissances, fonctions symboliques et stratégiques.

Les violences sexuelles sont des actes imposés par la force ou la coercition tels que la peur, la menace, la contrainte, la détention, l’usage de pressions psychologiques ou l’abus de pouvoir, et qui ont pour finalité un viol (pénétration vaginale d’un corps étranger non restreint à la verge [1]), des mutilations sexuelles, l’esclavage sexuel, la prostitution et la grossesse ou la stérilisation forcées.

De guerre comme de paix [2], ces violences affectent les femmes de manière disproportionnée.  Ce sont les veuves, épouses répudiées, femmes âgées, handicapées, incarcérées ou appartenant à un groupe minoritaire qui en sont les plus grandes victimes [3]. Perpétrées de tout temps [4], ces pratiques se multiplient lors des conflits armés.

Continuer la lecture de Violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés.

L’Apartheid: “Une idée comme un air qu’on respire”. Entretien avec Adriaan Vlok.

Ministre de l’ordre et de la loi de 1986 à 1991, Adriaan Vlok fut l’un des hommes les plus importants et les plus craints du système ségrégationniste sud-africain. À la fin des années 1980, alors que l’Apartheid est de plus en plus contesté, il fomente des attentats à la bombe contre des Églises et des syndicats et participe à des tentatives d’assassinats d’opposants politiques. Lors de la mise en place de la Commission Vérité et Réconciliation en 1996, cinq ans après la chute du régime, Vlok est le seul ministre à demander publiquement pardon. Il en est amnistié. Depuis vingt ans, il travaille dans les townships “noirs” de Pretoria, au nord de Johannesburg, pour venir en aide aux plus démunis. C’est, dit-il, son “parcours de rédemption”.

Continuer la lecture de L’Apartheid: “Une idée comme un air qu’on respire”. Entretien avec Adriaan Vlok.

“Si tu le trouves alors qu’il est discret : ne dis rien”. Étude du rejet de l’homosexualité dans le contexte Rbatie.

Pourquoi et comment les représentations négatives de l’homosexualité se construisent elles au Maroc ? Pourquoi l’homosexualité y est-elle encore définie comme un acte “contre-nature” mais condamnée seulement si elle est visible et assumée ? Car si les homosexuels subissent peines de prison et humiliations physiques s’ils se revendiquent comme tels, s’ils se cachent, leur sexualité est tolérée.  Comment comprendre ce paradoxe ?

Continuer la lecture de “Si tu le trouves alors qu’il est discret : ne dis rien”. Étude du rejet de l’homosexualité dans le contexte Rbatie.

Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Né en 1970 sur la colline de Jali, près de Kigali, André B. a  24 ans au temps du génocide. Lorsque je le rencontre dans la capitale, il est très pauvrement habillé.  Son pantalon est particulièrement sale, comme sa chemise, trouée par endroit et effilée sur les manches. Sa veste est trouée, ses pieds couverts de champignons, ses chaussures de plastique ne tiennent plus autour de sa cheville. Il est gêné de s’asseoir devant nous, tient les yeux à terre, évite les regards. Au début de l’entretien, il a du mal à parler, sa honte, réelle, est différente de celle de beaucoup d’autres, un peu gênés pendant l’interview ou dans la salle mais qui le sont moins une fois dehors, quand je les observe regagner des amis ou une famille, à l’orée de la petite salle où se tiennent les entretiens. Son récit est à cette image : l’histoire d’un homme profondément malheureux, méprisé par son père, maltraité par sa belle-mère et qui trouva dans la participation au génocide, au delà de la haine qu’il avait nourri contre les Tutsi par ses proches – familles et amis – l’espoir d’une vie meilleur et surtout d’une reconnaissance paternelle et sociale. Il l’a trouvera dans le temps éphémère du meurtre pour la perdre définitivement ensuite.

Continuer la lecture de Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search