Le déroulement du génocide – 6 avril / 4 juillet 1994.

Le génocide des Tutsis peut être divisé en trois phases successives : 1. La phase des cibles prioritaires. 2. La phase du regroupement dans les grands bâtiments. 3. La phase de recherches des derniers survivants – voir l’article d’Ernest Mutwarasibo  sur lequel ce texte est en partie fondé –  [1]. **

La phase dite des « cibles prioritaires » est celle des premières heures qui suivent l’attentat contre l’avion présidentiel, le 6 avril 1994. Elle vise tutsis affluents et hutus de l’opposition. Elle dure un jour ou deux dans Kigali, dans le cadre d’une battue dont les cibles ont été préalablement sélectionnées.

La seconde phase, celle « des massacres de grande ampleur« , ou dite du « regroupement dans les grands bâtiments » s’étire du 9 avril au 2 mai 1994 et fait disparaître les trois-quarts des tutsis rwandais.

La troisième et dernière phase, la phase de « recherches des derniers survivants », se déroule du 2 mai au 4 juillet 1994. Elle consiste en de véritables chasses à l’homme : la poursuite de celles et ceux qui ont survécu aux massacres précédents et qui se tapissent dans les puits, marais, greniers, plafonds, grottes ou ceux que des hutus tentent de cacher. Elle se caractérise par la fouille et parfois la mise à sac de collines et de « villages » entiers [2].

 

I. La phase des cibles prioritaires.

Dès le 6 avril 1994 au soir, peut-être trente minutes après que l’avion du président ait été abattu, et alors que le FPR reprend instantanément les hostilités, la garde présidentielle arrête tous les véhicules des quartiers proches de l’aéroport et fait sortir les passagers. Cette dernière ordonne de vérifier toutes les cartes d’identité. Peu importe l’obscurité de la ville et le temps qu’il faudra. À la lueur des lampes torches, on ne compte pas les coups de crosses, de battes, qui s’abattent sur ceux, hutus, dont les régions d’origines mentionnées sur les cartes ne plaisent pas : sud et sud-ouest. Quant aux hutus de l’opposition et l’ensemble des tutsis, ils sont extirpés de leurs véhicules, emportés dans les buissons ou les bords des routes et directement assassinés [3]. Miliciens et militaires examinent aussi les passants : marques potentielles d’une bandoulière de fusil sur l’épaule en signe d’affiliation au FPR, traces de bottes en caoutchouc sur les chevilles, cicatrices éventuelles liées à des combats, tatouages de soutiens à l’Armée Patriotique Rwandaise [4]. Dès 21h, « dans les principaux quartiers de Kigali, c’est le bruit de rafales d’armes de tous calibres, de grenades, à une cadence et avec une intensité effrayantes. » qui résonne, partout [5].

Le 7 avril, aux premières lueurs du jour, les personnalités tutsies les plus affluentes ainsi que les principaux leaders hutus de l’opposition sont assassinés. Des membres du gouvernement en avaient fait des listes préalables comme parfois des recherches quand il y avait un doute sur l’identité ethnique d’une personnalité plus ou moins reconnue [6]. Partout, la stratégie est d’abord celle de quartiers passés au peigne fin, maisons après maisons. Kigali est quadrillée. Les barrières hérissent les rues de la capitale, parfois d’ailleurs aidée par des soldats français [7]. Toutes les routes qui s’en échappent sont fermées. Militaires et miliciens interahamwe, Inkuba et Impuzamugambi  – milices armées respectives des partis MRND, MDR et CDR – se positionnent pour éviter toutes évasions vers les frontières. Les autorités organisent des patrouilles qui s’activent jours et nuits. La stratégie a pour but « d’empêcher des tutsis instruits, ceux qui avaient prospéré dans les affaires et ceux qui étaient connectés au monde extérieur, d’organiser des fuites ou des résistances, ou encore de dénoncer les massacres » [8].

Le 8 avril 1994, un gouvernement intérimaire composé exclusivement de ministres hutus considérés favorables à la logique d’extermination est instauré [9]. Théodore Sindikubwabo, membre du MRND et dirigeant du Conseil National pour le Développement (CND) le préside. Jean Kambanda, issu de la branche Hutu Power du MDR, en est le chef [10]. Autour du 9, une fois la première purge effectuée, ces représentants décident d’une nouvelle phase. Elle consiste à chasser les tutsis afin qu’ils puissent se regrouper dans divers bâtiments publics, ce qui facilite la rapidité des opérations. Les massacres s’étendent désormais à l’ensemble de la population tutsie du territoire [11] dans les régions du nord, de l’Est et du Sud-Est dès le lendemain du 9 avril, dans le sud à partir du 17 [12].

 

II. La phase de regroupement dans les grands bâtiments.

Partout ou presque, la préfecture de Butare exceptée, du moins au départ, il s’agit d’inciter, dès le 11 avril, au regroupement des tutsis dans des grands lieux publics – stades, écoles, églises, dispensaires, hôpitaux, universités etc. Les responsables y promettent protections. Sans une grande volonté de s’y rendre, cette option parait souvent la seule encore « valable » aux tutsis [13]. Car l’idée de se regrouper n’est pas absurde. Demeurer chez soi est impossible. Et dans certains cas d’ailleurs, des tutsis survivent ainsi : 24300 d’entre-eux sont sauvés dans une paroisse de Kabgayi, près de Muhanga, par l’arrivée du FPR. Dans le cadre de l’opération turquoise, 10 000 autres réfugiés tutsis sont protégés à Nyarushishi (Cyangugu), tout comme dans l’église de Rukara (Est) où les assaillants doivent prendre la fuite sous l’avancée du Front Patriotique [14]. Dans la plupart des autres cas néanmoins, la décision est sans issue.

Le regroupement réclamé par les autorités permet de rassembler autant d’hommes que possible puis de les affaiblir en leur restreignant l’accès aux vivres et à l’eau. Gendarmes et policiers communaux sont alors envoyés autour comme « gardiens », ce qui, sous prétexte de protections, vise à empêcher toute sortie. Les massacres débutent le 11 avril et durent jusqu’au 1er mai [15]. La méthode est toujours la même : les militaires encerclent le bâtiment puis fusillent celles et ceux qui se trouvent près des entrées. Pour limiter toutes résistances, ils lancent des grenades à fragmentations à travers les vitres ou des gaz qui aveuglent. Miliciens et civils, parfois armés par le gouvernement [16], pénètrent ensuite les bâtisses en marchant sur les premiers cadavres.

Un exemple, parmi tant d’autres : le 9 avril 1994 au matin, alors que le génocide débute, l’ensemble des réfugiés de la paroisse de Gikongo, à Kigali, est assailli. Les miliciens font sortir les hommes un à un puis vérifient leurs cartes d’identité. Le tri effectué et les hutus mis à part, séparés des membres de leurs familles tutsies, les militaires usent d’armes automatiques. Une fois les premiers hommes à terre, le « travail » est achevé par des miliciens. Ces derniers s’élancent, tailladent méthodiquement lèvres et bouches, raccourcissent tailles, doigts, coupent en deux les corps en sectionnant anches et bassin. Ils frappent les têtes, entaillent méticuleusement les crânes. Ils mettent des femmes à part, toujours pour les violer, mais déshabillent aussi des hommes et les mutilent. Enfin, comme dans un autodafé, pénitence publique des dernières images de ceux qu’Ils abîment, ils allument un grand feu, non pour les cadavres mais pour les cartes d’identité. C’est l’ultime disparition de ce que les tutsis ont pu être qui s’envole avec leurs images. Il n’en restera rien [17].

La scène se répète partout.

Tous les lieux, tous les milieux sont concernés : le pays devient un gigantesque abattoir d’hommes [18]. La seule préfecture qui se montre un temps rétive – celle de Butare – y cède le 17 avril, après que son préfet, peu coopérant, soit démit de ses fonctions puis remplacé par un autre. Ce sont ainsi vingt mille hommes que l’on tue à la paroisse de Cyahinda, 40 000 à Karama, 50 000 dans l’école secondaire de Murambi, près de Butare, 50 000 à Ntarama, dans le Bugesera dont Jean Hatzfeld fait le lieu de ses enquêtes, dans l’école ETO et dans l’église de Nyamata dans la préfecture de Kigali.

Les mêmes scènes se déroulent à Kiziguro près de Byumba, à Musambira, Mugina, Byimana près de Gitarama (Muhanga), au centre Saint Joseph dans la préfecture de Kibungo, à l’église et au stade Gatwaro de Kibuye, lui qui compte à lui seul de 9000 à 12 000 victimes [19]. De même encore dans les églises Mubuga et Birambo, à l’hôpital de Mugonero. Dans l’église de Nyange, ce sont 2000 civils qui sont enterrés vivants sous les roues d’un bulldozer [20]. Mais l’on massacre aussi à Shangi, Nyamasheke, Mibirizi (préfecture de Cyangugu), et tout au sud, dans les églises de Kibeho, à l’hôpital et l’université de Butare, dans la cathédrale de Nyundo en préfecture de Gisenyi (…), etc.

« Si les assaillants essayèrent, écrit l’historienne Alison Des Forges, dans la mesure du possible, de ne tuer que les tutsis, ils s’efforcèrent en même temps de le tuer tous. » [21].

Les massacres vont à un rythme effréné et détournent les militaires du front [22]. De fait, seulement 50 000 d’entre eux sont envoyés pour lutter directement contre le FPR [23]. Selon plusieurs détenus du Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), selon le chercheur Scott Strauss également [24], à la fin du mois d’avril, la plupart des grands massacres ont eu lieux. En deux semaines, peut-être trois, les trois-quarts des tutsis vivants sur le territoire sont tués.

Mais si on vous dit que les tutsis ont été tué d’avril à juillet, ce n’est pas vrai ! – m’expliquait un détenu du TPIR. Je crois que les tutsis ont été tués, c’est mon avis, du 7 avril au 30, ces massacres ont été commis, au 1er mai c’était fini ! C’était fait en deux semaines, c’était le chaos, le pays n’existait plus [25].

Au début mai, pour ceux qui restent, cachés quelque part, le gouvernement change alors de tactique.

 

III. La phase des derniers survivants.

Quand tous les bâtiments qui servent de refuges sont détruits ou brûlés et que des centaines de milliers de morts jonchent le pays entier, la stratégie s’adapte. C’est la traque des derniers survivants : ceux cachés dans les papyrus des marais, dans les charniers, sous les corps, dans les plafonds des maisons, dans les familles connues pour être mixtes ou dites parfois « hutsi ». Les miliciens, militaires ou civils y cherchent ceux des enfants et des femmes réfugiés chez des beaux-parents hutus ou pris en esclavage sexuels par des participants. Ils partent à la quête enfin de prêtres ou de personnels d’hôpitaux parfois épargnés par leur statut social [26].

Ces chasses donnent court à un ratissage minutieux de toutes les collines, de toutes les parcelles et maisons désertées. Les paysans y sont en charge de reconnaître leurs voisins et d’aider à vider les communes des derniers réfugiés qui s’y cachent [27].

C’est la logique qui est suivie partout.

Les fouilles sont méticuleusement organisées : quand les derniers survivants tutsis rampent entre les buissons pour chercher quelques vivres, dérober des tubercules, des feuilles, les assaillants battent les hautes herbes en ligne pour ne manquer aucun endroit. Ils sont souvent divisés en deux groupes, l’un de jour, l’autre de nuit. Chacun essaye de trouver ceux qui se cachent, recherche comme des chasseurs les traces de pas dans la boue ou la fumée d’un feu que les survivants tentent d’allumer pour se réchauffer ou faire cuire des racines.

Louis M, rencontré en 2015, ancien interahamwe de Kibuye, résumait l’organisation du génocide en ces termes :

« D’abord nous avions fait le porte à porte et pillé çà et là. Ensuite on a attaqué les fuyards non attrapés dans les églises et les écoles. Enfin, on a ratissé les derniers restants dans les brousses et les papyrus. Dans notre logique à nous, cela semblait vraiment très difficile qu’il y ait des survivants quand le FPR arriverait».

Et de fait il avait été presque impossible d’échapper à la mort et d’y résister.

 

IV. L’impossibilité ou presque de résister.

Comment résister ? Les stratégies de regroupement qui piègent les hommes et l’usage asymétrique de grenades et d’armes à feux, empêchent, dès le commencement des tueries, toute possibilité ou presque d’opposer la moindre force, surtout que celles et ceux traqués sont de plus en plus faibles [28]. Des hommes luttent bien sûr, dans des lieux demeurés célèbres, comme à Bisesero (Kibuye), Kanzenze et dans le Bugesera (préfecture de Kigali) ou Kibeho (Préfecture de Gikongoro) [29]. D’autres, par milliers, se défendent autant qu’ils peuvent au sein de leur maison, sur les sentiers, dans leurs écoles, leurs paroisses. Mais chaque fois qu’il y eu un tant soit peu d’organisation, souvent des groupes formés au départ de hutus et de tutsis, les assaillants réclament le renfort de l’armée, des gendarmes ou des civils : toute résistance est de facto écrasée [30].

Aux vues du nombre de personnes engagées dans les tueries – selon certaines données il se chiffrerait à plus d’un million de participants (juridictions ordinaires ou Gacaca), soutenues elles-mêmes par des centaines de milliers ou de millions de complices qui dénoncent, guettent, traquent, puis appellent d’un cri quand ils découvrent sous un buisson des hommes blessés et cachés là sans avoir mangé pendant des semaines – il était pour les tutsis pour ainsi dire impossible d’opposer une quelconque résistance à la violence qui s’abattait sur eux. À cette quasi impossibilité d’agir, excepté par la fuite, il faut ajouter un point crucial : le silence qui entoure les massacres. Un silence qui tout en finissant de tarir l’espoir qu’avaient les tutsis de survivre, abandonnés de tous, désinhibait davantage les hordes de tueurs, d’autant plus assurées par la surdité du monde de n’être jamais justiciables.

 

V. Le silence.

L’un des traits les plus frappants du génocide fut ce silence, insondable, qui l’entoura à l’intérieur comme à l’extérieur du pays.

 

V.1 Le silence à l’intérieur du pays.

Sous le nazisme, avait témoigné le philologue Victor Klemperer, peu d’intellectuels allemands avaient opté pour une stratégie de résistance, du moins sur place. Entre 1933 et 1941, nombreux sont ceux qui prennent la route de l’exil vers le nord de la méditerranée [31] ou l’Amérique, de Thomas Mann à Arthur Koestler, de Walter Benjamin à Ernst Bloch ou Hannah Arendt. Si cela n’empêchait pas les contestations lointaines, la publication de revues, d’articles ou de comités de soutien, la stratégie était d’abord à la fuite, laissant petit à petit l’Allemagne vide de celles et ceux qui étaient pourtant les plus capables d’opposer une résistance à un régime dont la première volonté était de l’éteindre. Le Rwanda ne diffèra pas.

Au départ, en 1990, des grèves et des manifestations antigouvernementales ont lieu et l’Église catholique condamne parfois publiquement les politiques du régime. Très vite pourtant, par les liens qui unissent les chefs religieux à l’État, ils se taisent, ce qui valut parfois à leur institution le surnom « d’Église du silence » [32]. Et si Habyarimana, alors chef du gouvernement, défendait désormais l’ouverture politique dans ses discours, la répression policière ne diminuant pas, les principaux défenseurs de la réforme politique et sociale comme les intellectuels se turent également ou prirent la route de l’exil.

Gasana Ndoba, universitaire et professeur de littérature comparé, m’avait dit à ce propos :

Au Rwanda, le génocide a été cautionné par la plupart des églises, ce qui au niveau moral faisait sens et donnait un quitus a ceux qui appartenaient à ces églises : chrétiennes, catholiques, protestantes, anglicanes, adventistes, des évêques, tout comme chez des musulmans, où il y eu des cheikhs Interahamwe. (…) Malheureusement aucune autorité religieuse importante n’a eu le courage de se lever et de dire : « Ce que vous faites est mal ». Des prêtres à titre individuel, ou à titre de micro groupe ont énormément de mérites, ayant agi au péril de leurs vies. Mais en terme d’institutions la faillite a été totale et la complicité en certains cas évidente. [33]

Mais ce n’est pas seulement au Rwanda que l’on s’est progressivement tu : la communauté internationale aussi est restée muette. Pire, au plus gros des massacres, elle est partie.

 

V.2. Le silence à l’extérieur du pays.

Le silence ne s’est pas arrêté aux frontières rwandaises. Pourtant, dès la fin 1993, les membres des Nations Unies, présents au Rwanda sous la direction du général Roméo Dallaire, savent ce qui se prépare. La formation de milices comme la prolifération des armes qui arrivent depuis la France, mais aussi de Chine, d’Afrique du Sud ou d’Israël [34] sont parfaitement connues.

Lorsque le génocide débute, la même indifférence se poursuit dans les hautes sphères politiques comme dans les médias [35].

Le secrétariat général des Nations Unies, alors tenu par Boutros-Boutros Ghali, ne parle toujours que « d’affrontements ethniques », et se garde d’utiliser le mot de génocide. Cela lui permet d’éviter la contrainte d’intervenir. Les États-Unis, qui viennent de subir une défaite en Somalie, en appui l’inertie. Mais la communauté Internationale commet l’infamie : le 21 avril 1994, alors que les tueries ont désormais lieux partout, la résolution 912 du conseil de sécurité de l’ONU, votée à l’unanimité, fait réduire son contingent de 2534 à 270 hommes, soit la quasi-totalité de ses effectifs [36].

La Mission des Nations Unies pour le Rwanda, la MINUAR qui gardait sous sa protection près de 2000 civils désarmés, se retire [37]. Quand les soldats onusiens quittent le bâtiment, les miliciens attendent de l’autre côté : les uns sortent et les autres rentrent. Un millier de civils sont tués le jour même. Le lendemain, ce sont encore 30 000 hommes que l’on abandonne, réfugiés dans les bâtiments des Nations Unies. Le 9 avril, la France et la Belgique avaient aussi pris soin d’évacuer leurs ressortissants et certains membres du gouvernement. Ayant trié d’entre les européens et les civils rwandais qu’elles laissaient sur place, ceux des tutsis abandonnés furent immédiatement exterminés [38].

Le 4 juillet 1994, le FPR conquiert Kigali. Les massacres prennent fin et personne, aucun soldat d’aucune délégation internationale, n’est intervenu, personne même n’a parlé.

Le docteur Rony Zachariah, membre d’un convoi de Médecin Sans Frontière (MSF) dans le sud du Rwanda, et interrogé par Human Rights Watch, raconte qu’il a vu des courses de miliciens à la poursuite de soixante à quatre-vingts hommes « comme du bétail en débandade » systématiquement abattus et d’une « manière tellement professionnelle » et organisée, qu’il en était resté pétrifié. Il ajoute que le paysage était alors «entièrement recouvert de « cadavres éparpillés » pratiquement jusqu’à la frontière » [39].

 

Notes :

** La photographie mise en avant dans cette page est du photographe James Natchwey ; elle a été prise au Rwanda (1994) et représente un jeune homme hutu qui aurait été macheté pour avoir voulu sauver des tutsis. J’ai eu des difficultés pour trouver des informations vérifiées relatives à l’histoire de cette photographie.

[1] Ernest Mutwarasibo, Organisation et exécution du génocide des Tutsi, Revue d’Histoire de la Shoah, 2009, n°190, pp. 67-81. C’est en grande partie sur cet article que cette page est fondée.

[2] Ibid, p. 76.

[3] Voir Joseph Ngarambe, « La mise en œuvre du génocide rwandais », in Raymond Verdier et al., Rwanda. Un génocide du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1995.

[4] Alison Des Forges, FIDH, HUMAN RIGHTS WATCH, Aucun témoin ne doit survivre : Le Génocide au Rwanda, Paris, Karthala, avril 1999, p.248.

[5] Joseph Ngarambe, « La mise en œuvre du génocide rwandais », in Raymond Verdier et al., Rwanda. Un génocide du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, 1995, pp. 9-10, in Ernest Mutwarasibo, article précédemment cité, p. 68.

[6] Alison Des Forges, FIDH, « Aucun témoin... », op. cit., p. 547.

[7] Nicole Merlo, Serge Farnel, Il y avait des français à toutes les barrières, in La nuit Rwandaise, 7 avril 2007, n° 1, pp.141-155.

[8] Ernest Mutwarasibo, « Organisation et exécution… », art. cité, p.75.

[9] Gérard Prunier, Rwanda : le génocide, Paris, Dagorno, 1997, p. 259.

[10] Faustin Rutembesa, Le génocide perpétré contre les Tutsi, Avril-Juillet 1994, in Déo Byanafashe, Paul Rutayisire (dir), Commission Nationale pour l’Unité et la Réconciliation (CNUR), Histoire du Rwanda : Des origines à la fin du XXe siècle, Huye, Université Nationale du Rwanda (UNR), 2011, pp.516-585 ;

Jacques Morel, La France au cœur du génocide des Tutsi, Paris, L’Esprit Frappeur, 2010, p. 539.

[11] Alison Des Forges, FIDH, « Aucun témoin… », op. cit., pp. 15 et suivantes.

[12] Alison Des Forges, FIDH, « Aucun témoin... », op. cit., pp. 243 et suivantes;

Scott Straus, The Order of Genocide: Race, Power, and War in Rwanda, Ithaca (N. Y.), Cornell University Press, 2006, pp. 53–64.

[13] Ibid, p. 245.

[14] Ibid, p. 245.

[15] Ibid, pp. 245-246.

[16] TPIR, jugement 97-23-S.

[17] Linda Melvern, Complicités de génocide : comment le monde a trahi le Rwanda, Paris, Karthala, 2010, p.233 ;

Alison Des Forges, FIDH, « Aucun témoin…« , op. cit., pp. 250.

[18] Jean-Claude Marlair, Rwanda : les chemins de la mort, Bruxelles, La Longue Vue, 1997.

[19] Jacques Morel, La France au cœur du génocide des Tutsi, Paris, L’Esprit Frappeur, 2010, p. 944 ; Alison Des Forges, FIDH, op. cit., p. 245.

[20] Voir notamment : TPIR : un prêtre jugé pour génocide, le prêtre Athanase Seromba, In le Nouvel Obs, 27 juin 2006.

[21] Alison Des Forges, FIDH, « Aucun témoin... », op. cit., pp. 246-247.

[22] Ce fait m’a été rapporté à la fois par des membres de milices et par des membres de l’Armée Patriotique Rwandaise (APR), branche armée du Front Patriotique Rwandais (FPR).

[23] Jean-Paul Kimonyo, Rwanda : un génocide populaire, Paris, Karthala, 2008, p.142.

[24] Voir Scott Straus, « The order of Genocide…« , op. cit.

[25] Propos de plusieurs détenu du Tribunal Pénal International pour le Rwanda, prison d’Akpro-Missérété, Bénin, août-septembre 2014.

[26] Alison Des Forges, FIDH,  » Aucun témoin…« , op. cité, p. 16.

[27] Claudine Vidal, Marc Le Pape (dir.), Les politiques de la haine : Rwanda-Burundi 1994-1995, in Les Temps Modernes, juillet-août 1995, numéro spécial, n° 583.

[28] Ernest Mutwarasibo, « Organisation et exécution« , art cit., p.78.

[29] Ils luttèrent particulièrement à « Bisesero, Karongi et Nyamagumba (préfecture de Kibuye), à Nyakizu, Nyamure et Runyinya (préfecture de Butare), à Bicumbi et Kanzenze et dans les marais du Bugesera (préfecture de Kigali), à Gashihe (préfecture de Gisenyi), à Gisuma et dans le stade de Cyangugu (préfecture de Cyangugu), dans les églises de Kibeho et Kaduha (préfecture de Gikongoro) et dans les maisons communales de Muhazi et de Ruklra (préfecture de Kibungo) » (Alison Des Forges, FIDH, op. cit., p. 252.)

[30] Alison Des Forges, FIDH, « Aucun témoin…« , op. cit., p. 252.

[31] Ulrike Voswinckel, Franck Berninger, Exils méditerranéens : Ecrivains allemands dans le sud de la France (1933-1941), Paris, Seuil, 2009.

[32] Hugh McCullum, The Angels Have Left Us: The Rwanda Tragedy and the Churches, Genève, Conseil oecuménique des Églises, 1995.

[33] Entretien avec Gasana Ndoba, Kigali, Rwanda, 18 septembre 2015.

[34] Roni Brauman, Devant le mal, Rwanda : Un génocide en direct, Paris, Arléa, 1994, p.91.

[35] Allan J. Kuperman, How the Media Missed the Rwanda Genocide, in Allan Thompson (dir.), The Media and the Rwandan Genocide, London, Pluto Press, 2007, pp. 256-260 ; voir aussi Yves Ternon, L’Etat criminel, Les Génocides au XXème siècle, Paris, Seuil, 1995, p.124.

[36] Voir notamment Jean-Denis Mouton, La crise rwandaise de 1994 et les Nations Unies, in Annuaire français de droit international, volume 40, 1994, pp. 214-242.

[37] Voir Michael Barnett, Eyewitness to a genocide: the United Nations and Rwanda, Ithaca, Cornell University Press, 2002.

[38] Voir le témoignage de Joseph Ngarambe, 14-20 juillet 1994 in Le Nouvel Observateur, cité par Roni Brauman, Devant le mal, Rwanda : Un génocide en direct, Paris, Arléa, 1994, p.14 ;

Linda Melvern, A People Betrayed: The Role of the West in Rwanda’s Genocide, Londres – New York, Zed Books, 2000.

[39] Alison Des Forges, FIDH,  » Aucun témoin…« , op. cit., p. 534, témoignage du docteur Rony Zachariah, TPIR-96-4-T.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search