Chronologie succincte de l’histoire rwandaise (1875-1994).

Trois périodes historiques sont généralement établies quant à l’histoire rwandaise :

1. La période précoloniale : XIIIème – XIXème siècle.

2. La période coloniale, d’abord sous mandat allemand (1899 à 1916), puis sous mandat et tutelle belge (1916 à 1962).

3. La période postcoloniale : du 1er juillet 1962 à aujourd’hui.

 

1875 : Stanley, explorateur anglais, pénètre au Rwanda. Il y rencontre l’hostilité des autochtones, peuple à l’organisation politique extrêmement sophistiqué et divisé en trois catégories socio-professionnelles héréditaires par voie patrilinéaire mais sans être strictement endogamiques. Elles sont relatives à des activités complémentaires dans une économie de subsistance : hutus (majoritairement agriculteur), tutsis (majoritairement éleveurs), twas (majoritairement potiers et chasseurs).

1884-85 : Suite à la conférence de Berlin qui partage l’Afrique subsaharienne entre les puissances européennes le Ruanda-Urundi revient à l’Empire allemand.

1897-99 : Création d’un protectorat militaire allemand sur le Ruanda-Urundi.

1900 : Première Mission catholique à Save (Butare, sud du pays). Les « pères blancs », premiers missionnaires catholiques européens, sont reçus par le roi Yuhi Musinga. Celui-ci demeure très méfiant à l’égard du catholicisme. Des théories s’échafaudent sur la beauté et la supériorité intellectuelle des tutsis, sur la « primarité » de « la race hutue », plus « laide », plus « rustre ». C’est le début de l’imposition progressive sur tout un peuple de mythes raciaux (hamites et bantous).

1916 : Suite à la première guerre mondiale et à la défaite de l’armée allemande, la Belgique occupe le Ruanda-Urundi. Le pays passe sous tutelle de l’armée belge. Pour gouverner, celle-ci s’appuie sur une partie de l’élite tutsie. Cette dernière, parfois cruelle à l’égard du peuple qu’elle contribue à diriger (hutus, twas et « petits » tutsis ou paysans tutsis)  va peu à peu incarner l’ensemble des souffrances sociales, et être incarnée elle-même comme « tutsie ».

1921-22 : La Société des Nations octroie à la Belgique un mandat sur les « Territoires du Ruanda-Urundi »

1931 : Parce que trop réticent au colon, le roi Yuhi Musinga est destitué et exilé au Congo Belge. Rudahigwa Mutara III, son fils, le remplace. L’administration coloniale institue des livrets d’identités qui mentionne « l’ethnie » des hommes adultes valides. Les trois catégories socio-professionnelles, hutu, tutsi et twa, distinctions de métiers complémentaires et non semblables à des ethnies, sont essentialisées. Pour l’identification, on se réfère à des critères plus ou moins arbitraires. Une fois le livret établi, il n’y a plus de changement possible, toute personne née d’un père hutu est hutue, toute personne née d’un père tutsi est tutsie. L’infériorité sociale des hutus est entérinée, demeure leur supériorité numérique, fer de lance de la légitimité du régime hutu qui prendra le pouvoir à l’indépendance (le peuple majoritaire) en 1962.

24 mars 1957 : Parution du Manifeste des Bahutu, « Note sur l’aspect social de la question raciale indigène au Rwanda », signé par un nombre important de l’élite hutue. Y figure le futur président du pays, Grégoire Kayibanda. D’une dizaine de pages, le manifeste réclame le maintien de la mention ethnique sur les livrets des hutus « Les trouvés sur place », et les tutsis « Les Tombés du ciel ». La dialectique de l’autochtonie légitime est lancée.

1959 : Mouvement social des élites hutues qui se jugent victimes d’injustices « tutsies ». Elles rapportent désormais à l’ensemble des tutsis les injustices de la monarchie et du colonialisme. Si le pouvoir réel était pourtant détenu par la tutelle belge, c’est l’ensemble des tutsis, paysans compris, qui sont pris comme responsables des inégalités sociales et des injustices que le peuple a subi. Les élites nouvellement au pouvoir, instrumentalisent les esprits dans les campagnes. Des attaques menées par des hutus provoquent des massacres puis l’exode de nombreux tutsis dans les pays voisins (Burundi, Congo, Tanzanie, Ouganda). Ce sont eux, et surtout leurs descendants, qui réclament leur droit au retour dans leur pays des les années 1970 et qui formeront (une partie d’entre eux, le FPR, parti politique formé dans les maquis ougandais et qui déclenchera la guerre civile de 1990, pour prendre le pouvoir). En 1990, les réfugiés  – ceux partis en exil dans les années 1960 ou leurs descendants – sont plus de 600 000 .

1961 : Premières élections législatives « libres », victoire des «Bahutu». La République est proclamée.

1er juillet 1962 : Proclamation de l’indépendance. Le nouvel Etat est marqué par sa dimension raciste. Il définit une majorité légitime parce que décrétée « autochtone » (les twas et les hutus sont déclarés « nés ici », quand les autres pasteurs et donc « nomades », seraient arrivés sur le tard, de la Nubie. C’est la binarité du mythe bantou/hamite qui est encore utilisé par le pouvoir lui même). Un système de quotas proportionnels est officialisé en 1972. Dans les établissements d’éducation et de formations, les hutus devront être approximativement 85%, les tutsis 14% et les twas 1%. Ce système empêche de nombreux tutsis de pouvoir poursuivre leurs études.

Noël 1963 : Incursion de réfugiés tutsis du Burundi qui avaient choisis l’exil ou avaient été chassés en 1959. Ils sont prénommé inyenzi (« les cafards »). Chaque raid de ces exilés créé en retour par le gouvernement des «représailles» violentes sur la population tutsie demeurée au Rwanda. On compte un minimum de 10 000 victimes tutsies (10 à 12% de leur population totale) pour la seule préfecture de Gikongoro au début 1964. Des dizaines de milliers de tutsis prennent encore la route de l’exil. En réaction, Bertrand Russel écrit qu’au Rwanda se déroule un «massacre d’hommes le plus horrible et le plus systématique auquel il a été donné d’assister depuis l’extermination des Juifs par les nazis en Europe ». (Journal Le Monde, 6 février 1964)

Février – mars 1973 : Nouvelles violences contre les tutsis. Des milliers de maisons sont brûlées, près de deux cents tutsis sont massacrés. Ils sont exclus des écoles, de l’université, des séminaires et de la fonction publique.

5 juillet 1973 : Grégoire Kayibanda est renversé par le major Juvénal Habyarimana. C’est lui qui tient les rênes du pouvoir jusqu’en 1994. Jugé moins intolérant que celui auquel il succède, il ne renverse pourtant pas le système de quota ethnique et régional qu’il avait instauré. Il assoit au contraire un système politique népotique en faveur du nord du pays, sa région d’origine. De nombreux hutus du sud, désormais, sont empêchés dans leurs études ou leurs carrières, en faveur des hutus du nord.

1987 : Devant le refus des autorités rwandaises d’accepter toute possibilité de retour, des réfugiés tutsis des quatre pays voisins se constituent en force politique et militaire. Le FPR, Front Patriotique Rwandais. Formé dans le maquis Ougandais, le FPR a une force armée, aidée et formée par le régime de Museveni, en Ouganda : l’Armée Patriotique Rwandaise (APR). Dans ses rangs comptent aussi quelques dissidents hutus au régime totalitaire d’Habyarimana.

1988-1989 : Effondrement des cours du café et du thé. Début d’une importante crise économique dans l’ensemble du pays.

1990 (1er octobre) : Première attaque du FPR au nord du pays pour obtenir le retour des réfugiés et un partage du pouvoir. Instauration d’une guerre civile qui suscite durant trois ans un appel systématique à la haine envers l’ensemble des tutsis du territoire. Ils sont considérés comme des soutiens «biologiques » du Front Patriotique Rwandais et coresponsables des crimes que certains de ses membres commettent.

Fin octobre 1990 : Massacre des Bagogwe, pasteurs tutsis du nord-ouest rwandais. Ils se trouvaient proches d’un camp militaire du FPR.

Décembre 1990 : Proclamation, relayée par une presse radicale, des « dix commandements des Bahutu » et qui réclament de tous les hutus le combat contre : « Les Batutsi assoiffés de sang… ».

Le texte dit notamment :

« Ils se sont servis de deux armes contre les Bahutu, l’argent et les femmes… Les Bahutu doivent cesser d’avoir pitié des Batutsi ».

Janvier 1991 : Plusieurs milliers de tutsis sont massacrés dans le Bugesera, en représailles aux avancées du FPR.

Septembre 1991 : Dans toutes les localités, est instauré un système d’autodéfense civile. L’État Major va commencer  des formations pour « sensibiliser » les populations à « lutter contre l’ennemi commun », c’est à dire le FPR auquel vont être progressivement assimilés – par l’idéologie de la race – l’ensemble des tutsis.

Juin 1991 : La guerre bouleverse le pouvoir du parti unique (MRND) dirigé par Habyarimana. La visibilité de sa fragilité ouvre la voie à la protestation. Suivant des pressions nationales et internationales, le régime concède au multipartisme.

1991 : L’ Accord de N’sele – pour un cessez le feu ente les belligérants – est signé entre le gouvernement rwandais et le FPR. Mais à chaque avancée des processus de paix, le FPR commet des exactions et les franges extrémistes de l’armée gouvernementale (les FAR) massacrent impunément des tutsis, dans toutes les régions.

1992 : Création des milices Interahamwe, Mouvement de jeunesse pour la défense du MRND. Dans les formations, de très nombreux jeunes gens sont enrôlés pour combattre « l’ennemi tutsi ». Mars 1992 voit la création d’un parti raciste extrêmement virulent, la Coalition pour la Défense de la République (CDR).

Novembre 1992 : Léon Mugesera, universitaire renommé déclare, à propos des tutsis :

« La faute que nous avons faite en 1959… C’est que nous vous avons laissés sortir sains et saufs. […] Moi je t’apprends que votre pays c’est l’Éthiopie, et nous allons vous expédier sous peu via Nyabarongo en voyage express ».

Janvier-août 1993 : Attaques du FPR, suite aux échecs des négociations. Montée des tensions dans le pays et radicalisation progressive des partis politiques. La guerre civile fait rage. Création d’une radio privée, la RTLM, Radiotélévision Libre des Mille collines, extrémiste. Elle sera « la voix de la haine » avant et pendant le génocide. Elle est diffusée dans tout le pays.

Août 1993 : Les accords d’Arusha sont signés. Ils doivent permettre le partage du pouvoir entre le FPR et le MRND. Le contingent français, soutien du régime d’Habyarimana, est remplacé par un contingent de casques bleus (la MINUAR, Mission des Nations Unies pour le Rwanda) dirigée par le général Roméo Dallaire. Elle doit assurer la réussite du processus de paix. Pour la frange extrémiste de certains partis politique, cet accord, qui concède un pouvoir au FPR et exclu certains partis extrémistes du gouvernement, est considéré comme une trahison. La formation de milices internes et la prolifération des armes s’intensifient. Les réunions de préparations secrètes pour favoriser les assassinats de tutsis considérés comme influents – banquiers, intellectuels, fonctionnaires, médecins, journalistes etc. – s’organisent à différents lieux du pays. Montées des tensions extrêmes.

Le Génocide, 6 avril – 4 juillet 1994.

6 avril 1994 : Vers 20h, assassinat du président Juvénal Habyarimana, au-dessus de l’aéroport de Kigali, avec son homologue burundais, Cyprien Ntaryamira. Ils reviennent d’une réunion en faveur de nouvelles négociations de paix.

7 avril 1994, à l’aube : Déclenchement des assassinats systématiques. Ils sont premièrement personnalisés : miliciens et militaires du gouvernement recherchent les individus les plus influents, tutsis comme hutus de l’opposition. Ils recherchent ensuite l’ensemble des tutsis et lancent un appel à l’ensemble de la population du pays. Au moins 30 000 hutus sont assassinés pour être en désaccord avec la politique d’extermination, dès les premiers jours.

8-9 avril 1994 : Un gouvernement intérimaire se constitue. Il a à sa tête de très nombreuses figures extrémistes, toutes hutues et selon les accusations du TPIR, en faveur de l’extermination.

9-15 avril 1994 : Les occidentaux font rapatrier leurs ressortissants.

16 avril 1994 : Préfets et bourgmestres qui refusent de diffuser les ordres sont déclarés « inactifs ». Tous sont destitués, nombreux sont tués.

21 avril 1994 : Le Conseil de Sécurité des Nations Unies fait passer de 2 500 à 270 hommes le contingent des casques bleus.

À la fin avril 1994 : près des trois quarts des tueries sont effectuées. Soit peut être un bilan de 700 000 victimes en trois semaines. Le rendement des massacres est effroyable et peut être inédit.

Mai 1994 : La majorité des victimes a été assassinée, on dénombre près d’un million de morts.

4 juillet 1994 : Le FPR prend le centre de Kigali. Fin du génocide.

15 juillet 1994 : Des centaines de milliers de génocidaires avec leur famille passent la frontière du Zaïre et de la Tanzanie, autour du Kivu. Ils sont rejoints par des centaines de milliers de civils hutus. Il y a au total 2 millions de réfugiés qui s’y rendent, soit à peu près 1/3 de la population rwandaise de l’époque.

19 juillet 1994 : À Kigali, un gouvernement « d’Union  Nationale » est instauré. Il est dominé par le FPR. Le pays est en ruines. La détresse comme la pauvreté sont immenses, accentuées par la prolifération de maladies liées aux blessures et aux centaines de milliers de cadavres laissés à ciel ouvert, la désertion des cultures vivrières, les pillages et la destruction des biens, la contamination des eaux par les corps. L’instabilité des frontières liées aux volontés de retour des génocidaires est grande, les infrastructures totalement détruites.

3 octobre 1994 : Un rapport des Nations Unies qualifie de « génocide » les massacres commis au Rwanda.

Novembre 1994 : Un Tribunal Pénal International pour le Rwanda est instauré à Arusha, en Tanzanie, en vertu de la compétence universelle. Il a pour but de juger les hauts responsables du génocide.

Novembre 1996 : Le FPR mène des raids extrêmement meurtriers à l’est du Congo. Ils ont en parti pour but de faire revenir les deux millions de réfugiés hutus exilés depuis 1994 et à faire débuter le processus de justice.

2001 : Création des juridictions Gaçaça. Entre juin 2002 et 2012, 1 700 000 jugements sont prononcés sur l’ensemble du territoire et près de 2 000 000 de dossiers sont examinés. On considère qu’il n’y a pratiquement pas de famille classée hutue sans qu’il n’y ait au moins un membre qui ait participé au génocide, depuis les enfants de huit ans jusqu’ aux vieillards. Réciproquement, près de 75% des Tutsis ont été exterminés : les familles sont décimées. Le pays entier vit un traumatisme sans précédent, dont les séquelles sont toujours vives, de parts et d’autres, trente ans plus tard.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search