Archives de catégorie : Imaginaires du génocide

La crainte de l’exil : l’ailleurs et le Rwanda.

Pourquoi avais-je choisi de rentrer au Rwanda en 1994? Au Burundi, j’avais un travail, un toit, une famille. Qui peut comprendre ce désir, ce besoin de retourner vivre dans un pays dont ma connaissance tenait plus de la mémoire des autres et du fantasme, qui avait moins de force dans mes souvenirs que le pays où je vivais depuis trente ans ? Pour le saisir, il faut puiser dans la culture rwandaise, la violence du départ involontaire, la responsabilité des autres pays dans leur accueil, la nôtre de ne pas s’y sentir accueilli, l’étrange besoin «d’être » d’un lieu qui semble avoir un ancrage terrestre pour contrer la condition de doutes qui demeurent sur nos origines, d’y forger un mythe de filiation originelle comme un abri contre l’incertitude.

Témoignage d’Innocent Ruzigana, guide du mémorial de Ntarama, au Rwanda, né en 1958, à Butare et en exil au Burundi de 1961 à 1994. Texte coécrit par Innocent Ruzigana et Amélie Faucheux**.

Continuer la lecture de La crainte de l’exil : l’ailleurs et le Rwanda.

Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

Jusqu’où peut aller la liberté d’expression ? Pourquoi  ne pourrait-elle être illimitée, et absolue ? Comment décider de ce qui relève de la liberté de parole et ce qui relève de la calomnie, de la liberté de caricature et de satire ou du cadre de l’insulte voire de la haine? C’est étrange, cette question qui me revient toujours en tête, autour du 7 janvier, par la mémoire encore sidérée de « Charlie ». Étrange, parce qu’à force de voyages et d’investigations au Rwanda, j’ai, à chaque évènement social ou personnel que je rencontre, un exemple spontané qui me vient en tête pour le comparer et le comprendre, une hypothèse née de ce que j’y ai vu, appris, entendu, perçu.

Continuer la lecture de Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

Dans l’histoire rwandaise, expliquer ce qu’est la « théorie hamitique », c’est retracer la biologisation des catégories Hutu et Tutsi. Car c’est d’une construction purement raciste dont il est question ici : un processus de construction historique, psychologique, sociale et politique de groupes humains par l’attribution à ses membres d’une nature biologique qui aurait une réalité matérielle et des effets sur leurs manières d’être et d’agir.

Continuer la lecture de La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

« Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

Pourquoi le déni du génocide par le génocidaire ? Que dit-il des spécificités de ce crime et de ceux qui l’ont commis ? 

Ces questions constituent le coeur d’une étude qui s’est déroulée du 2 août au 3 octobre 2014 au sein de la prison d’Akpro-Missérété au Bénin (Porto-Novo). Elle a permis de s’entretenir  avec treize détenus condamnés pour crime de Génocide par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et un quatorzième, anciennement condamné puis libéré et rencontré à Cotonou.

Continuer la lecture de « Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.