Violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés.

Intérêts matériels, jouissances, fonctions symboliques et stratégiques.

Les violences sexuelles sont des actes imposés par la force ou la coercition tels que la peur, la menace, la contrainte, la détention, l’usage de pressions psychologiques ou l’abus de pouvoir, et qui ont pour finalité un viol (pénétration vaginale d’un corps étranger non restreint à la verge [1] ), des mutilations sexuelles, l’esclavage sexuel, la prostitution et la grossesse ou la stérilisation forcées. De guerre comme de paix, ces violences affectent les femmes de manière disproportionnée.  Ce sont les veuves, épouses répudiées, femmes âgées, handicapées, incarcérées [2] ou appartenant à un groupe minoritaire qui en sont les plus grandes victimes [3]. Perpétrées de tout temps [4], ces pratiques se multiplient lors des conflits armés.

Dans les guerres contemporaines, elles sont parfois même développées à des échelles  industrielles : ce sont un million d’allemandes qui sont violées par les soldats de l’armée rouge lors de la seconde guerre mondiale [5] ; ce sont 50 000 femmes bosniaques musulmanes mais aussi serbes qui sont violées dans l’institution de  « Camps » dédiés aux viols à « Foca » et lors de la guerre de l’ex-Yougoslavie [6] ; ce sont 500 000 femmes qui sont violées en l’espace de cent jours, au Rwanda, souvent ensuite mutilées et humiliées (mise à nues des femmes et exhibitions de leurs corps, scarifications, etc. ) [7] ; depuis 2007, ce sont plus de 400 000 femmes (selon les estimations les plus basses) qui sont victimes des conflits en République Démocratique du Congo et des dizaines de milliers, sans qu’on puissent encore en faire le décompte, qui sont victimes aujourd’hui de rapts et d’esclavages sexuels orchestrés par les groupes Boko Haram ou DAESH.

Qualifiés d’ « armes de guerre » avant d’être judiciarisés en 2001 comme « crimes de guerre » par le Tribunal Pénal International pour l’ex Yougoslavie (TPIY) et par une résolution de l’ONU émise en juin 2008 [8], la visibilité accrue de ces crimes due à une sensibilisation récente aux droits des femmes et à l’égalité, appelle une réflexion sur leur exacerbation et leurs significations [9] : pourquoi ces crimes spécifiquement liés aux femmes se multiplient lors des conflits armés ? Que disent-ils de ceux qui les commettent et de la société où ils se répandent ?

 

Logique d’intérêts matériels et jouissance physique.

Premier élément d’explication  : la guerre intensifie toujours « la brutalité, la répétitivité et le caractère public » voir revendicatif des violences sexuelles [10]. En effet, celles-ci ont particulièrement court lors des débâcles, et simultanément aux pillages, lors des exodes ou des déplacements des populations. De fait, parce qu’ils favorisent la terreur, les viols comme les mutilations font abandonner les biens sur place et permettent un butin supplémentaire : ces violences sont donc mues par des logiques d’accaparement.

Les passages à l’acte sont encore facilités du fait que toute guerre est généralement précédée d’un temps de précarités économiques et sociales. Après souvent des semaines, des mois voire des années de frustrations et d’injustices, la guerre est le temps du desserrement du contrôle social, de l’absence d’ordre public, du nivellement des statuts et de l’étiquette, du rétablissement d’une certaine prestance et de possibilité lié à la seule affirmation de sa force : la permissivité des violences suppléée par la puissance conférée par le port d’armes libère du regard des autres. Quand les forces en conflits sont dissymétrique (c’est le cas des situations de génocides), la situation  d’inégalité des forces et de sentiments de pouvoirs sans limites au sein du groupe majoritaire permet une libération des pulsion: it ouvre la voie à l’opportunisme instinctif.

Ce chaos et son impunité – les dysfonctionnements et plus fréquemment la disparition du système judiciaire par la multiplication des crimes qui les rendent difficiles à juguler – donnent peu de chance à la victime d’obtenir réparation à travers « un processus légitime de règlement des différends et d’administration équitable de la justice » [11] Cette impunité et les désirs démultipliés par des périodes de pénuries et de vulnérabilités, accrues par le manque d’opportunités économiques, poussent ceux qui s’en seraient gardés autrement de passer à l’action. Mais les abus sont encore facilités par des marchandages sexuels ( rapports de sexes dits « transactionnels » organisés généralement avec des femmes de tous âges mais souvent aussi de toutes jeunes filles et des enfants ). Ils constituent une constante des conflits contemporains [12].

Mais ces logiques d’intérêts matériels ou de jouissance physique spontanés ou institués – des bordels sont parfois mis en place près des camps militaires (voir les « comfort women & comfort stations » instaurées par les Japonais pendant la seconde guerre mondiale )  [13] – où les femmes comme les prostituées subissent une explosion de violences et une exploitation économique systématique (agresseurs, clients et proxénètes) n’est pas la seule à l’œuvre.

 

Fonctions symboliques et  stratégiques.

Les violences sexuelles répondent aussi à des fonctions symboliques ou stratégiques : logique de génocide et d’épuration ethnique ; logique économique ou tactiques de combat  visant la destruction des liens sociaux ou des résistances par l’inoculation du VIH  (le viol comme arme biologique) [14].  Ces violences s’inscrivent dans l’expression et le sentiment d’une puissance guerrière d’avec laquelle la proximité de la notion de puissance sexuelle se confond [15].

Ainsi, au commencement du génocide des Tutsi, l’épouse octogénaire de l’ancien Roi Tutsi est violée puis assassinée. Si les massacres débutent par la souillure de la «Reine-mère », les assaillants informent ainsi que tout ce qui a trait à l’ancien régime n’existe plus et que leur force elle-même est sans limite :

« Dans la représentation que l’on se faisait des Umututsikazi  – femme tutsi [16] – , leur grâce, leur beauté, leur grandeur, leur inaccessibilité ? Et la représentation de l’acte en soi… Posséder une reine… par ces actes, les hommes semblaient affirmer là :  » Vous étiez intouchables ? Vous vous imaginiez d’une valeur inestimable, inaccessible ! Maintenant regardez ce que nous faisons de vous ! » Les hommes ne violent ainsi pas seulement pour assouvir un besoin physiques, ils expriment ainsi à tous le regain de leur stature virile et repoussent les limites de leurs forces [17] ».

Pendant le génocide, cette dynamique d’affirmation de « soi » se retrouve dans les humiliations sexuelles systématiques subies par les religieuses et les femmes d’âges mûrs : elles sont souvent exhibées nues ou en jupons pendant plusieurs jours sur leurs collines avant d’être assassinées. Ces actes furent particulièrement institués auprès de celles qui étaient réputées pour leur fidélité chrétienne ou maritale [18].

« Il y avait dans l’acte de violer une sœur de l’Église ou l’épouse reconnue d’un homme à haut statut, le désir d’abîmer leur exemplarité, de réduire à rien leur statut social. C’était pour leur bourreau – miliciens ou paysans – un supplément évident de jouissance à l’acte physique, celui d’atteindre à leur grandeur» par le rabaissement de ce qui leur était auparavant plus grand, trop grand. Ces hommes affirmaient par là « qu’ils n’avaient plus de bornes, même religieuses ou divines à ce qu’ils étaient devenus [19] ».

Les logiques d’agressions sexuelles peuvent encore avoir des fins «protectrices» ou anticipatrices. Des combattants peuvent par exemple croire que violer une jeune vierge ou les femmes réputées pour leur sorcellerie les rendra moins vulnérables [20].

Au-delà de certaines croyances, la violence sexuelle peut encore servir à « neutraliser ». Une enquête menée en République Démocratique du Congo montre ainsi que les violences faites aux femmes sont  particulièrement fortes à l’égard des fermières, des agricultrices et celles qui portent des enfants. On frappe ainsi plus significativement les « forces substantives » du groupe social ennemi,  bien que l’ensemble des femmes y soient la cible de sévices multiples [21]. C’est la possession de la descendance et la perpétuation de l’adversaire qui sont visées : le ventre de la faim et le ventre de la nativité.

Au  Rwanda de 1994, se sont ainsi de nombreuses ablations des seins à coup de machettes qui sont répertoriées. Ce sont les symboles de la continuité du groupe et de sa puissance attractive, par la césure du désir sexuel promis par la poitrine et sa puissance nutritive – l’allaitement – qui  sont visés. La femme ne sera plus désirable, elle ne sera plus nourricière, elle, comme le groupe que les combattants affrontent, deviennent stériles.

Cette neutralisation se retrouve dans les mécanismes de la « tonte des coupables » organisés en France à la fin de la seconde guerre mondiale. S’ils ne s’attaquaient qu’à la chevelure, ces actes retenaient une connotation sexuelle importante : en plus de l’humiliation aux femmes jugées coupables de collaboration avec l’ennemi, c’était aussi leur pouvoir de séduction qui était étouffée. On visait là non seulement le crime de trahison mais encore toute cette puissance fertile et d’autonomie de la femme, qui selon Françoise Héritier, entraîna la valence différentielle des sexes, parce qu’elle faisait craindre au mâle la perte de sa puissance hégémonique [22] : l’expression d’une punition mais aussi d’un certain archaïsme.

Dans les épurations ethniques ou « violences génocides », l’extraction courante des fœtus du ventre de leur mère encore en vie (telles que pratiqués par exemples lors du massacre du Gujarat entre hindous et musulmans en Inde (2002), ou du massacre de Dos Erres,  au Guatemala en 1982) adjointe de mutilations des parties génitales (allant pour le cas du Rwanda jusqu’à l’empalement à la lance du vagin jusqu’à la gorge ) montre enfin une obsession « de la matrice » lié à la pérennité du groupe cible [23].

En ex-Yougoslavie, les agresseurs serbes, pour qui la race passait par une filiation patrilinéaire, s’assuraient ainsi de la naissance d’enfants serbes dans le ventre de femmes musulmanes bosniaques en les emprisonnant après les avoir violées [24]. La mère donnait le corps, le père le sens, et le viol économisait les moyens nécessaires à l’extermination par l’organisation d’une élimination in utero. Bien sûr ces règles varient. « L’hérédité aryenne » des Nazis réclamait un héritage de lignées maternelles et paternelles : une femme Juive ou Tzigane, enceinte d’un allemand, était forcée à l’avortement ou nécessairement éliminée.

Lors du début d’un conflit, il serait donc toujours intéressant de s’intéresser aux structure de parentés. Ces structures sont nécessairement indicatrices des potentielles victimes des camps en factions et d’une meilleure compréhension de la dynamique traumatique liées aux ruptures des filiations lors des retours en situation de paix.

Yvonn Adhiambo Owuor rappelle que dans l’histoire Rwandaise enfin, le corps féminin était un lieu d’expression de la masculinité et le devenait d’autant plus fortement si les masculinités étaient rivales. Les violences faites aux femmes devenaient alors plus significativement encore les conductrices symboliques des puissances masculines, pions des conflits des mâles belligérants qui s’exprimaient par la possession de leurs corps [25]. En Tanzanie la violence sexuelle avaient ainsi pour but premier d’humilier le frère, le père, le mari. Le fait de forcer les époux, frères, pères, parfois cousins, à assister aux viols, ou à commettre eux même des viols sur leur sœur, mère, et enfants, sont parts de cette stratégie destructrice. Les femmes y étaient des trophées dans des logiques d’honneurs (le groupe cible n’a pas su la protéger) et de vengeance mais encore le moyen de tactiques de dissuasion dont le but était de précipiter l’abandon des forces résistantes. Par l’humiliation et la rupture des liens que la femme entretient avec le groupe auquel elle se réfère, on brise la valeur de son identité, qui est aussi un attribut collectif. L’assaillant affirme la démesure de sa supériorité et bouleverse ce que Mauss appelait « la totalité préfigurée du clan [26] ».

C’est dire si l’extrême violence subie par les femmes ne découle pas uniquement des conditions de guerre mais est directement liée  aux sociétés où elles sont dépréciées et déshumanisées en temps de paix parce que leurs institutions légitiment des rapports de forces qui s’exacerbent lors de conflits armés [27]. Le conflit en République Démocratique du Congo en est un terrible paradigme : désormais appelé « capitale du viol«  pour la systématicité de ses violences contre les femmes [28], la RDC est aussi une société patriarcale extrêmement hiérarchisée, au sein de laquelle les femmes occupent des positions subalternes et sont souvent considérées comme des biens collectifs [29]. Les violences sexuelles que les femmes subissent lors de conflits armés sont donc  principalement des violences qui leur sont imposées parce qu’elles sont des femmes.  C’est d’ailleurs une discrimination qu’elles ont souvent intériorisées : 41,7% des violences sexuelles du génocide des Tutsi auraient été commises conjointement par des hommes et des femmes [30].

Les violences sexuelles commises lors des conflits armés répondent ainsi à des besoins personnels directs des assaillants ou à des stratégies claniques, militaires ou gouvernementales complexes. Elles sont aussi, et fondamentalement, le reflet des rapports de pouvoir liés d’abord au genre et articulés ensuite à d’autres schèmes – l’ethnisme ou les rapports de classe.

 

Notes:

[1] Voir le jugement de Jean Paul Akayesu, par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR). Il défini le viol ainsi :  « a physical invasion of a sexual nature », élargissant sa définition initiale, limitée à la verge. Désormais l’introduction dans le vagin d’un bâton, d’un objet contondant (ou non), d’un bras, d’une main (etc.), toute introduction donc d’un corps extérieur et non désiré dans le vagin, est considérée comme un viol.

[2] Voir la page du rapport pour la journée internationale de l’élimination de la violence à l’égard des femmes (25 novembre) et le programme de communication sur le génocide au Rwanda et les Nations Unies.

[3] Sharon Block, Rape in the American Revolution Process, Reaction, and Public Recreation, in Elizabeth D. Heineman (dir),  Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, pp. 25-38.

[4] Kathy L. Gaca, The Andrapodizing Of War Captives In Greek Historical Memory, Transactions of The American Philological Association, The Johns Hopkins University Press, Volume 140, Numéro 1, Summer 2010, pp. 117-161.

[5] Atina Grossman, The “Big Rape” : Sex and Sexual Violence, War, and Occupation in Post-World War II, Memory and Imagination, in Elizabeth D. Heineman (dir),  Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, pp. 137 – 151 (p.150).

[6] Matteo Fiori, Les « Camps de viols » de Foca, La jurisprudence du TPIY sur une page sombre de la guerre,  Journal Judiciaire de La Haye, Volume II, numéro 3, 2007.

[7] Sandrine Ricci, Avant de tuer les femmes, vous devez les violer !  Rwanda : rapports de sexe et génocide des Tutsi, Syllepse, Montréal, novembre 2014.

[8] Le 22 Février 2001, le viol est considéré comme un crime contre l’humanité par le Tribunal Pénal International pour l’ex Yougoslavie.

[9] Elizabeth D. Heineman, Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2011, p.1.

[10] Rhonda Copelon, Toward Accountability for Violence against Women in War: Progress and Challenges, in Elizabeth D. Heineman, Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, pp. 232–256 (p.234).

[11] Aymeric Elluin, Violences faites aux femmes dans les conflits armés. Quel bilan des efforts de la communauté internationale ? De la prévention à la répression, in Revue Science & Video, n°2, 2010.

[12] Jocelyn Kelly, Michael VanRooyen, Justin Kabanga, Beth Maclin, Colleen Mullen, Harvard Humanitarian Initiative, Hope for the Future Again: Tracing the Effects of Sexual Violence and Conflict on Families and Communities in Eastern Democratic Republic of the Congo, Harvard, 2011.

[13] Carmen M. Argibay, Sexual Slavery and the Comfort Women of World War II, in Berkeley Journal of International Law, Volume 21, Issue 2, Article 6, 2003.

[14] Elizabeth D. Heineman, Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2011.

[15] James L. Giblin, The Victimization of Women in Late Pre-colonial and Early Colonial Warfare in Tanzania, in Elizabeth D. Heineman (dir),  Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, pp. 89-102  (p.100).

[16] En kinyarwanda, kazi est la marque du féminin. Ici il désigne les Femmes Tutsi.

[17] Témoignage d’une Rescapée du Génocide des Tutsi du Rwanda, entretien, Lyon, France, lundi 16 mars 2015.

[18] Ibid.

[19] Ibid.

[20] Ndeye Sow, Annie Bukaraba, Vénantie Bisimwa, Jeanne d’Arc Chakupewa, Report on the Causes and Consequences of Sexual Violence Against Women and Girls in South Kivu, DRC, 2011.

[21] Ibid.

[22] Françoise Héritier, Masculin/Féminin, La pensée de la Différence, Paris, O. Jacob, 1996.

[23] Sandrine Ricci, Avant de tuer les femmes, vous devez les violer !  Rwanda : rapports de sexe et génocide des Tutsi, Syllepse, Montréal, novembre 2014.

[24] Elizabeth D. Heineman, Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2011, p.12.

[25] James L. Giblin, The Victimization of Women in Late Pre-colonial and Early Colonial Warfare in Tanzania, in Elizabeth D. Heineman (dir),  Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, pp. 89-102.

[26] « D’une part, le clan est conçu comme constitué par un certain nombre de personnes, en vérité des personnages. Et d’autre part, le rôle de tous ces personnages est réellement de figurer, chacun pour sa partie, la totalité préfigurée du clan ». Marcel Mauss, Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1966, p.339.

[27] Rhonda Copelon, Toward Accountability for Violence against Women in War: Progress and Challenges, in Sexual Violence in Conflict Zones: From the Ancient World to the Era of Human Rights, Philadelphia: University of Pennsylvania Press, pp. 232–256 (p.234).

Elisabeth Rehn, Ellen Johnson Sirleaf, Les Femmes, la guerre et la paix : Evaluation indépendante des Experts, New-York, UNIFEM, 2002.

[28]  Bihabwa Mahano, Benjamin et Nathalie Mbenda Kangami, Les femmes violées en République Démocratique du Congo : la résilience dans la résignation, L’Autre, vol. volume 19, no. 2, 2018, pp. 208-217 (p.208).

[29] Ndeye Sow, Annie Bukaraba, Vénantie Bisimwa, Jeanne d’Arc Chakupewa, Report on the Causes and Consequences of Sexual Violence Against Women and Girls in South Kivu, RDC, 2011.

[30]  Adam Jones, Gendering of the Rwanda genocide, Journal of Genocide Research, 4:1, pp. 65-94, 2004.

 

Références électroniques :

Amélie Faucheux, “Violences sexuelles faites aux femmes dans les conflits armés : intérêts matériels, jouissances, fonctions symboliques et stratégiques.« , Carnet de recherche, OpenEdition, Altérité & Violence, 10 | 2019, mis en ligne le 1er octobre  2019.

URL: https://penserlahaine.hypotheses.org/399