« Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

Pourquoi le déni du génocide par le génocidaire ? Que dit-il des spécificités de ce crime et de ceux qui l’ont commis ? 

Ces questions constituent le coeur d’une étude qui s’est déroulée du 2 août au 3 octobre 2014 au sein de la prison d’Akpro-Missérété au Bénin (Porto-Novo). Elle a permis de s’entretenir  avec treize détenus condamnés pour crime de Génocide par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et un quatorzième, anciennement condamné puis libéré et rencontré à Cotonou.

« Au départ, les tutsi de l’intérieur ils se battaient aussi avec nous, en 1990, 1991, 1992 contre le FPR. [1]
Et puis à un moment donné, ils lâchent, ils nous ont lâchés… Ils ont rattrapés leur clan. Ils avaient choisi, ils en portaient la responsabilité. Comment vous appelez çà vous alors ? »

« … Traîtres ? »

 » Oui, absolument ! Et le génocide n’existe plus . » [2] 

(Témoignage d’un détenu du Tribunal Pénal International pour le Rwanda – TPIR – Bénin, 4 Septembre 2014) 

** Tous les propos présentés ici sont issus des entretiens menés auprès de quatorze détenus du TPIR (août/juillet/octobre 2014). Ils sont cités entre guillemets et mis en italiques. La plupart sont rendus en verbatim. (pour plus de précisions voir ici, la méthodologie).

Sil est peu fréquent qu’un prévenu ne se justifie de manière à inculper les circonstances plus que lui-même, admettre du moins la réalité de ses actes n’est pas rare, sans constituer une règle indéfectible: s’il y a toujours « parce que », du moins souvent il y a « j’ai fait ». La particularité du crime de génocide en tant que crime à la fois historique et individuel est que sa reconnaissance par le génocidaire est elle, exceptionnelle. Après deux mois passés auprès de quatorze détenus du Tribunal Pénal International pour le Rwanda condamnés en appel à Arusha pour génocide et crimes contre l’Humanité, il ressort un fait : ce sont tous des criminels sans crimes.

La notion de « génocidaire » est élastique [3] : de ceux qui propagent les mythes et les suspicions, instrumentalisent les imaginaires, décident, organisent, incitent, encadrent par le positionnement stratégique de leurs corps de métiers ou de leur rang social, à ceux qui exécutent : petits ou grands criminels ? Ils ont en réalité même taille, l’un n’étant rien sans l’autre : « Dans les mots d’ordres donnés par les penseurs du génocide, il n’y avait pas de mode d’emploi » [4] : les hommes qui les exécutèrent eurent suffisamment d’imagination pour agir, ceux qui les ordonnaient, suffisamment de connaissances humaines pour savoir que leurs recrues trouveraient. Ce sont ceux qui eurent un peu de ce savoir et par leurs statuts beaucoup d’influences, qui hantent le parquet d’Arusha.

Sur 93 personnes mises en accusation par le TPIR et 62 personnes condamnées, seuls 8 inculpés ont plaidé coupables, et selon l’interprétation de leurs codétenus d’alors, uniquement – disent-ils, parce qu’ils « savaient calculer (…), avaient avantage à admettre ce qu’ils voulaient qu’on admette pour avoir une petite peine ».  Ce n’était ni par remords, ni par regrets, « parce qu’ils n’ont rien commis, mais pour sortir vite, c’est la seule raison». Et si tous furent condamnés, c’est « parce qu’il fallait s’attaquer à l’élite Hutu» pour l’empêcher de reprendre le pouvoir [5].

En écho à la déclaration du Maréchal Pétain à l’ouverture de son procès, ils ne furent là que pour « répondre » à des accusations qui voulaient les « salir et n’atteignent que ceux qui les profèrent » [6], chacun en particulier, héritiers d’une catastrophe dont ils ne sont pas les auteurs. Car, disent-ils encore, « les gens, qui ont tué les tutsi, dans les Gacaca, qui sont là pour éliminer quasiment « le » hutu, ils ont dit qu’ils avaient tué tels ; mais il y avait le nombre ! Ce nombre n’arrangeait pas les tutsi car ce nombre était tout petit, ce nombre était très peu! »

Aussi « fallait-il fabriquer » les criminels et les victimes elles-mêmes : car plutôt que d’un « génocide », il s’agissait d’une guerre civile à la spontanéité de foules démones créées et armées par le FPR, « Bien sûr ! Lisez Des Forges (…) je vous défi de trouver un ministre qui ai donné des armes aux paysans »; à moins que nous ayons eu affaire là à un « double génocide » réciproquement auto défensif ou plus volontiers encore au déguisement, d’un vrai (cette fois) «génocide des hutu… et même plus que çà. Plus que çà ! Il faut y méditer » [7].

Tous les juges se fourvoient donc, ceux qui tiennent le marteau comme ceux qui observent et acquiescent aux verdicts et aux chiffres du mensonge, « particulièrement en Occident, par on ne sait quel secret arrangement des choses politiques ». C’est la « malignité prouvée » et « éprouvée » de ceux qui tiennent actuellement les rênes du Rwanda « parce que même le nom de génocide est leur arme, une arme de protection pour les vainqueurs ».

Les génocidaires des Arméniens n’auront jamais vu le parquet d’un tribunal. Cent ans après, il est d’ailleurs de bon ton, à Istanbul comme à Ankara, de rappeler qu’ils n’ont pas existé. Sur les vingt-deux cas de responsabilité individuelle plaidés au Tribunal Militaire International de Nuremberg  [8], tous ont déclarés : « Nicht schuldig »[9], non coupable des chefs d’inculpations portés à leur encontre malgré l’accablante quantité de preuves accumulées depuis 1933 : Aucun n’a vu, aucun n’a dit, aucun n’a fait, rien ne fut « dévoilé en leur présence » [10]. Tous ont psalmodié et psalmodient les mots de celui qui par Vichy fit la gloire éternelle de la France : « à la face du monde, vous condamneriez un innocent en croyant parler au nom de la justice » [11].

Pourquoi ?

A un tel déni, une explication, sans être ni complète ni définitive, pourrait provenir de la spécificité psychologique du crime de génocide lui-même : un crime « terriblement » humain et dont les criminels le sont, non moins que nous : c’est le paradoxe qu’il faut expliquer.

 

Le génocidaire et lui-même, ou le génocidaire et l’avant génocide.

 

Le génocide ne peut exister sans sa négation: elle est son essence. C’est parce que le génocide « n’existera pas » qu’il peut exister. C’est parce que dès sa fomentation il se dissimule comme crime et qu’il se dissimule à son criminel, qu’il pourra advenir. Il est le crime de l’occultation. Non que le criminel n’ait nié au présent d’alors les morts à venir. Non qu’il n’ait fait appel au meurtre de la manière la plus explicite mais parce que son objectif retenait un idéal. Un idéal de disparition certes, mais dépassé par quelque chose de plus grand et alors presque dissimulé. Presque, parce que le criminel sait, qu’il garde la responsabilité de ses actes, ce qui sera accompli: l’assassinat systématique d’un ensemble d’individus pour le seul « délit d’appartenance » [12] à un « groupe ». L’assassinat d’individus d’autant plus primitivement conçus que l’assassin ignore que l’identité ne peut qu’être plurielle parce que toujours sociale et contextualisée [13]. Mais il y a dans le fond un idéal qui camoufle le meurtre par l’utopie qu’il propose. Un idéal qui fait que le génocide n’est jamais le crime d’un seul: investi de ces autres qui le soutiennent et d’un « bien » souverain qu’ils soutiennent ensemble. Le meurtre y disparaît toujours sous le morcellement du collectivisme de la tâche, l’engouement pandémique de la « compagnie » et le mécanisme de « la mort anonyme » – non par l’anonymat de la victime mais par son nombre – qui dilue, hypocrite, la signification des actes individuels. Un idéal qui dissimule le crime par la conviction partagée d’un « agir » qui fait sens contextuellement pour tous, ou du moins à ceux qui s’accrochent alors à un « Nous » en tâche d’huile devenu un « soi » pour certains. Un idéal qui dans son fond, dans son fond seulement, n’a rien de monstrueux ni d’absurde: être.

Car s’il se trouve dans tout ces massacres des « crapules » animées d’un arrivisme que l’on pu qualifier de « Genocide business » [14]un arrivisme fait de pillages, de prises de parcelles, de portes, de tôles, de bétails, comme les dents en or s’arrachaient des cadavres sous le Grand Reich – le butin, dans un génocide, n’est jamais le seul motif, bien qu’il puisse en être un des principaux. Sa force d’agir se trouve aussi dans la persuasion, à l’instant où le crime se commet, que le crime n’en est plus un car il est justifié d’une fin portée suffisamment aux nues pour que les moyens d’y parvenir y soient acquittés de tout, au point que le « Tu ne tueras pas » de la Loi Mosaïque devienne « Tu n’as pas tué » : « Tuer ? – réponds un détenu condamné par le TPIR à perpétuité pour sélection, enlèvements et massacres de civils tutsi adjoints au cautionnement, à la perpétuation comme à l’encouragement d’actes de viols – En 1994, ce n’était pas tuer. C’est différent peut-être. C’est se battre. Se battre. (…) Donc non plus vous n’allez pas tuer, vous allez défendre une cause. »

Et quelle cause ? La vie ! Sa vie ! La sienne d’abord, matériellement bien sûr, et sa place aussi, surtout.

Les condamnés rencontrés se ressemblent peu, loin s’en faut. Et il serait bien prétentieux après seulement deux mois passés auprès d’eux et tant d’usurpations d’histoires comme de l’Histoire, de prétendre les connaître et d’avoir trouvé chez eux une sorte d’invariant psychologique.

Il ne ressort aucune loi générale pour établir les raisons de leurs adhésion individuelle comme de leur passage à l’acte tant la multiplicité des variables contextuelles – en termes de classe sociale, de niveau d’instruction, d’engagement politique ou de croyance religieuse – est grande ; il n’y a pas plus de similarités caractérielles – les hommes les plus affables au plus agressifs – ou de similarités dans leurs participations meurtrières – armes brandie au devant d’une église avant que deux mille civils n’en soient écrasés au bulldozer, viols publics, ordres de meurtres  donnés par téléphone, ordres de meurtres et de viols donnés de visu, contrordre jamais prononcé, etc. La diversité est trop grande pour qu’il puisse être dressée de leurs profils un tableau à la fois schématique et parfaitement précis. L’entreprise est d’autant plus complexe que se pose le problème des relations.

La chercheuse n’a pas là à traiter avec des individus pris à part, mais avec un groupe qui évolue ensemble depuis des années dans la proximité fédératrice des peines et des cellules, où chacun sur chacun sait beaucoup, où chacun suspecte l’autre, spécule, dissèque les questions qui lui sont posées, mêle à l’apparat des représentations de soi, la vigilance aux représentations des autres. La difficulté est plus grande encore par le temps écoulé. Quel homme peut demeurer le même que celui qu’il était il y a vingt ans ? Après des années de traques et de fuites dans les forêts Zaïroise « où l’on dû manger des racines, des rats », « boire là où d’autres avaient chié, marcher sur des cadavres », après la faim, la fange, la boue, les prisons de Kinshasa, les procès, la désapprobation internationale, l’humiliation ? Lui qui depuis a lu, vu, entendu, parlé, réfléchi, est sorti de sa torpeur, peu importe : la chercheuse n’a pas devant elle ce que l’homme était, dans le contexte de prestige du poste qu’il occupait, de l’admiration, de la connivence de ses pairs ou de leurs autorités, dans le contexte des peurs psychotiques, des mimétismes de la frayeur et du vouloir, de la force grégaire du consensus. Elle a devant elle des hommes qui, pas plus qu’elle ne les connaissait, ne la connaissent : certains espèrent d’elle la reprise des procès : « Vous êtes le Zola de tous nos Dreyfus », d’autres la craignent : « Vous allez nous faire chuter plus qu’ils ne l’ont fait « . Aussi tous diront ce qu’ils veulent dire, ce qu’ils veulent qu’elle entende, et surtout ce qu’ils pensent aujourd’hui et non plus seulement ce qu’ils pensaient hier, parce que ce qu’ils étaient hier, ils ne le sont plus complètement.

Mais à certains égards pourtant, l’analogie est possible. Car leurs actes relèvent en réalité d’un contexte de vulnérabilités et de précarités qui mis en jeu non leur personnalité en tant que telle mais surtout leur personnalité prise dans la situation [15].

Tous ont en partage la manière dont ils virent les choses et la manière dont ils les voient encore, en un mot : leur perception. La cause qu’ils ont défendue et celle qu’ils défendent.

Tous eurent au présent d’alors une même analyse de la guerre civile qui bouleversait le Rwanda, tous y décelèrent les mêmes origines, les mêmes dangers. Tous y partagèrent un pessimisme profond. Et par le pessimisme, la peur, la peur pour tout ce qu’ils avaient, pour tout ce qu’ils étaient.

Tous encore nient le passé, mais tous peuvent analyser, parfois avec finesse, les éventuelles motivations de ceux, bien distincts d’eux-mêmes, qui tuèrent ou ordonnèrent les mises à mort. Mais ce constat se fait toujours à distance rhétorique par le pronom « il(s) » [16]. Le « Je » comme le « Nous » ne peuvent connaître que de loin des motivations qui ne furent pas les leurs et ne le seront jamais.

Tous surtout ont partagé ensemble cette ambition si naturellement humaine à chacun « d’être » et de se « maintenir » quand leur situation personnelle leur paraissait si redoutablement menacée.

Tous furent fiers de ce qu’ils furent ou du moins le prétendent.

Tous aimèrent « le toit familial, et les amis de l’enfance », « les champs de mils et de sorghos, les patates douces sucrées pour les enfants », « la bergeronnette, l’oiseau qui vient à prendre nos dents quand elles sont tombées » ; « les contes ibwolé, que me chantaient ma mère » et « tout ce qu’elle espéra et entrepris pour moi », sa main que je serrai avant de l’emporter au cimetière ; les marais de l’Akagera et la Nyabarongo, la canne à sucre, « les tilapias frais que l’on faisait griller » sur les berges peuplées d’oiseaux du Lac Kivu et que l’on pêchait la nuit à la lampe à pétrole ; « le folklore », « Les chants grégoriens », le ballet Irindiro ; « la harpe ou la flûte autour d’une cruche de bière de bananes où chaque voisin était convié » ;  le Cha-cha-cha, la noël, « le frétillement des brins d’herbe, la suavité du miel, le roucoulement de la colombe » ; la Pâque et ses calebasses de chèvres grillées servies « avec du foufou que les mamans préparent avec la farine de manioc » et la pâte mangée « à pleine main » « tant il y avait ».

L’un se rappelle de « la première fois où » il pu mettre « des ampoules à l’extérieur de la maison, toute illuminée, et la population courant vers elle, pensant qu’elle était en feu »; plusieurs autres  se souviennent du premier jour où ils mirent enfin des souliers sur leurs pieds nus et un pantalon au lieu d’une culotte; « la joie d’entendre son nom à la radio pour dire que le diplôme des Humanités était réussi« , ou sa côte annuelle dans la cotation des agents de l’administration, « très bon » et quelque fois « Élite ». Tous aimèrent : « l’honnêteté, la franchise », « la bonté », « le rire », « l’amour », « les femmes », « ma femme, la mère de mes enfants, jusqu’à son dernier souffle »,  « le développement, la paix », les collines et leur « vert » prodigue car il est « le contraire de la sécheresse, il est priorité », il est la vie. Tous aimèrent profondément, sainement et naturellement, ce que tous les hommes aiment. Mais tous et tous le dirent et le disent encore, ils avaient peur de perdre, de tout perdre : « J’avais peur, ma femme avait peur, mes enfants avaient peur ». « Y compris les militaires, y compris les supérieurs de ces généraux. » Qui, demandent-ils tous, dans un Rwanda en guerre civile depuis quatre ans, soumis à une lutte de maquis et une propagande redoutable, nourrie elle-même d’une idéologie raciale centenaire, qui, n’avait pas peur pour ce qu’il était ?

« Qui n’avait pas peur pour ce qu’il allait être ? Qui n’avait pas peur que tout disparaisse ? »

« Qui ne percevait pas les dangers ? Qui ne se sentait pas vulnérable ? »

Vulnérabilité de ceux qui avaient cru leurs places acquises pour toujours.

Depuis 1990, la demande d’instauration d’un pouvoir pluraliste composé de partis de l’opposition fait au gouvernement rwandais alors monopartite, envisager le partage des ministères et de l’armée : des institutions qui avaient été l’honneur de ses mains uniques depuis près de vingt ans. « Le partage… » susurre ainsi un détenu « Quand des gens ont eu le pouvoir depuis 1973, (….) le pouvoir, ton poste avec le salaire avec l’honneur, les prestiges, la capacité de décisions, et qu’ils se sentent menacés de tout perdre, la première chose qu’ils vont faire c’est de résister  » [17].

Vulnérabilité des campagnes où la situation économique était proche du désastre [18].

Baisse des productions de maïs et de sorgho, chute des cours du thé et du café, principales denrées d’exportation du pays, amenuisements des parcelles de cultures, dégradation du patrimoine foncier par le morcellement des héritages, surpopulation, réserves vivrières épuisées [19]: l’Agence Américaine pour le Développement International (l’USAID) classe alors le Rwanda comme le pays au taux de pauvreté et à l’expansion démographique parmi les plus importants au monde.

Vulnérabilité de ces jeunesses perdues des campagnes et des villes qui restaient sans scolarité ni culture d’un champ [20], « sans rien et moins que rien » à faire et à devenir, et à « qui l’on promit tout » à condition qu’elles s’enrôlent dans les milices.

Vulnérabilité ressentie de tous par l’insécurité de la guerre. Près de 800 000 déplacés, soit un dixième presque de la population, meurtris par les crimes des deux camps.

Vulnérabilité encore de celui ou celle qui n’avait rien à craindre mais qui parce qu’un proche craignait, se mis à craindre lui-même.

« Et c’est ainsi, par la fragilité et la peur, me susurra un détenu proche du président Habyarimana, que  « la politique eu une influence sur la base : elle a agit aussi sur le peuple très bas, parce que si le peuple ne défend pas le pouvoir, le pouvoir peut lui aussi échouer… »

Alors le gouvernement s’attacha avec zèle à envoûter la conscience et la logique de ceux qu’il fallait déculpabiliser du vide de leurs existences ou de leurs possibles échecs; il œuvra à redonner espoir en refoulant le réel – l’impossible maintien d’un pouvoir sans partage, l’insupportable statut quo de misères des camps et des collines – en offrant de verbaliser l’anxiété par les poings et les armes sur une autre menace que celle qu’eux, les gouvernants, représentaient désormais : les tutsi. Ce seraient les tutsi qui porteraient leur faute et cette passation serait permise par la guerre et le racisme, puisqu’on pourrait imputer facilement les crimes de l’APR (l’armée du FPR), en majorité composé de tutsi, à tous les tutsi. Car c’est souvent parce que des hommes sont persuadés tant de l’existence que de la proximité d’une menace qu’ils en viennent à se donner les moyens effectifs de s’unir.  C’est par là que les hommes au pouvoir, auparavant pourtant si chahutés, réussir à redonner sens à ce qui semblait ne plus en avoir : un pouvoir centralisé, une communauté fédérée tout autour.

Le parti au pouvoir substitua donc à une défiance dangereuse contre les institutions « et le régime, une haine bénigne contre des particuliers » [21] : la déclassification, puis la construction de la différence radicale par la frustration et la peur, en deux mots pour en faire un, la haine. Un sentiment violent qui permettrait ensuite le déni d’Humanité. Car comment expliquer autrement les humiliations et la cruauté inouïes des assassinats commis pendant le génocide ? [22] Comment expliquer le ralliement soudain de ceux qui pourtant ne se retrouvaient plus dans les idées du parti unique mais qui en 1994, se joindraient souvent volontairement aux tueries? Pour cela, il fallait des référents unificateurs « familiers, historiques, territoriaux, culturels ou religieux » [23] permettant de combler un langage symbolique dans l’impasse pour s’adresser aux automatismes de défense comme aux sentiments archaïques. Pour cela, il fallait l’usurpation d’un passé emprunté, implorant les hutu « à ne pas redevenir ce qu’ils étaient (des esclaves hutu), à ne pas perdre ce qu’ils étaient devenus », jusqu’à s’approprier des peurs impersonnelles et anachroniques pour que la cruauté puisse s’épanouir, potentialisation progressive de la barbarie. A l’exemple de ce condamné qui avant 1990 « ne connaissait même pas çà comme terrain », la « malignité des autres » (les tutsi), mais qui explique bien comment ce savoir « de leur mal » lui est venu :

« (…) petit, petit, petit, 7, 8 ans, et surtout que dans notre zone là, on habitait avec des tutsi quand on emmenait nos vaches paître, on ne pouvait pas imaginer étant jeunes, comment ils étaient (…) Petit vous ne pouvez pas imaginer ce que vous ne pouvez voir à l’œil, tout ce que vous n’entendez pas à l’oreille, on ne peut pas imaginer tout çà, çà ne peut pas tomber du ciel qu’il y a les tutsi et les hutu et qu’il y a un truc. (…) J’ai plus connu : « toi tu es du nord et toi tu es du sud », si le Rwanda pouvait se détruire, c’était plutôt entre les régions, sinon c’était inimaginable. » Mais en 1990 « Là j’ai vu les ambitions. D’abord la guerre, et on devait attaquer le FPR et savoir c’est qui : ce sont des tutsi réfugiés en 1959. Hein, hein…. C’est quoi là ? Vous en discutez avec les officiers. D’abord ils ont fait des attaques en 1959, et puis en 1973, et ils n’ont pas cessé ? Et c’est là que vous commencer à organiser votre vision des choses » que « le disque dur du cerveau et bien tu rembobines pour regarder derrière quoi, si jamais les tutsi reprenaient le pouvoir qu’est ce qu’il allait se passer encore. C’est là ou on a vu que c’était très dangereux. »

Le danger, à la fois par la réalité de la guerre et par la propagande qui en est faite, s’ancre dans tous les esprits. Si le FPR gagne est-il dit partout, le « Mwami », ancien roi tutsi des temps coloniaux, « cannibale des hutu » reviendrait d’Amérique. Il pratiquerait encore ce que la légende fait craindre de lui : « l’émasculation des hutu pour le tambour Kalinga«  ravivée par la Monarchie. « L’esclavage pluriséculaire » serait réinstauré. Chaque hutu redeviendrait « rien » et « moins que rien » « comme au départ je n’étais rien ».

La propagande du gouvernement fut si forte qu’à Kigali, on pu se mettre à craindre le retour de l’ubuhake, système à réciprocités inégales entre tutsi et hutu des campagnes d’avant la révolution de 1959 et à l’avantage des premiers, mais que peu de citadins ne pouvaient avoir connu et encore moins craindre dans la grande ville.

« La logique de la vengeance ancienne  et contagieuse par mimétique a eu une grande importance, explique un détenu. Nous (hutu) avons été humiliés, nous ne le serons plus. Nous avons été humiliés, nous allons humilier les autres ».

Pour tout cela, il fallait l’identification, celle qui fait que l’on « se cramponne d’être hutu« . Pourquoi ? Parce-que si tous deviennent pro hutu, m’explique un détenu, tous vont vouloir soutenir le gouvernement « Hutu » au « nom même d’une idéologie à laquelle » leur « existence n’a jamais été associée historiquement » [24]. Comme cela, ajoute-t-il encore:  « même le hutu qui avait une mère tutsi, il va se sentir vraiment plus hutu que tutsi, au lieu d’être neutre ». Et c’est grâce à cette identification que « tous les partis politiques d’abord pro FPR de l’opposition » vont soudainement « lui tourner le dos,  quand l’avion sera abattu « . C’est leur identité de « hutu » – défendue partout depuis si longtemps – qui va alors prendre le dessus sur toutes les autres.

Subjuguant tour de passe-passe psychique ; parce-que si les hommes s’identifient, s’ils voient soudain du même qu’eux dans le gouvernement, ils vont  » se sentir du gouvernement «  car un gouvernement «  ce n’est pas lui, celui qui domine seulement… Quand un hutu a le pouvoir, un pauvre Hutu dans la campagne se sent que lui aussi, il a le pouvoir. Comme un pauvre tutsi de la campagne, si petit soit-il : si un tutsi a le pouvoir, il se sent aussi, de ce pouvoir… C’est la force d’identification à l’ethnie« , la propagation symbolique de l’honneur.

La propagation symbolique au soi du pouvoir, qui par la logique trivialement binaire d’un affrontement des races, s’assure d’un antagonisme possiblement à même de solidariser un électorat émietté par les crises : « Par la guerre et ce qu’on en disait, on ne se souvenait plus des histoires de quel hutu s’était mal compris avec un autre hutu. On avait retenu qu’une seule chose : le tutsi ». Le gouvernement réalisait le syncrétisme de la haine.

L’État avait sa cause – se maintenir face à la gronde, se sauver  (les grands comme les petits fonctionnaires, et les gens influents), et par la peur soudain, le peuple avait la même, avec toutes ses valeurs de maintien physique, sa parcelle, son ventre, mais aussi « sa place à soi et son droit d’exister ». Peu importe si cela était au prix de la mort des autres, de centaines de milliers d’autres : la cause était advenue. Elle supplantait tout le reste, elle dissimulait tout le reste. Quant aux hommes, paysans, ouvriers, éducateurs, parents qui n’en avaient pas encore, car beaucoup demeuraient sans raison, même au début des massacres, il resterait enfin le mimétisme, une fois les appels aux meurtres émis. Il resterait seulement la raison de l’individu face à la foule contagieuse : la cause du solitaire.

S’il n’y a pas d’uniformité, et parce qu’il n’est pas du tout certain que le machiavélisme l’emporte ici sur la paresse ou la crainte, la majorité des détenus (dix sur quatorze) a versé dans les stéréotypes mythiques du tutsi « Hamite » (voir cet article), ce «nègre blanc» descendant du roi Salomon, venu des grandes plaines d’Éthiopie, nilotique à la culture fourbe «apprise en famille » à moins que ce ne soit par le sang, face aux Bantous-Hutu descendus du Tchad pour peupler la forêt équatoriale. Nombreux des détenus croyaient être de cette prétendue « race » bantoue affublée de qualités étranges,  « primaire » et « trapue » pour certains, à « la mémoire courte  » mais « peu rancunière », « pacifiste » , et par là « pure » ou plus pure que « la race » des « autres » « tutsi », peut être plus « intelligents », mais alors aussi plus « viciés » et plus « dangereux ».

Oui, la grande majorité des détenus rencontrés a pensé que la guerre menée par le Front Patriotique Rwandais, le Gouvernement National et les partis d’opposition qui y participaient, n’était pas celle d’un jeu politique complexe de conquête du pouvoir, mais le lieu d’un combat ethnique [25] auxquels de nombreux tutsi « de l’intérieur » concourraient : soit qu’ils envoyaient leurs enfants dans les maquis pour rejoindre clandestinement les combats, soit qu’ils finançaient armes et vivres du FPR, jusqu’à vendre leurs propriétés qu’ils espéraient recouvrer une fois la guerre conclue. Beaucoup crurent que les tutsi des campagnes étaient devenus des indicateurs et qu’ils avaient préparé des fosses communes pour y mettre les hutu, bien avant que l’avion ne soit abattu : « Je les ai vus » m’avait dit l’un deux. Beaucoup ont pensé en somme que les paysans tutsi étaient alliés à ceux qui au front [26], soldats du FPR, voulaient renverser le gouvernement et tuaient leurs militaires : Alliés  aux ennemis ? Ennemis donc eux-mêmes.

Dans cette certitude, ils ont défendu par anticipation leur espace vital, le lebensraum des collines, celui de la survie de leur ethnie, même si c’est une fiction, extension de soi-même à une histoire et physiognomonie somatiquement rêvées, la survie de leur Nation, extension de soi-même à l’espace, la survie de leurs proches, extension de soi-même à la chair ancestralement ou symboliquement partagée. Tous ces détenus en ont la même perception :  » On a défendu la vie : la vie de soi même et par là la vie de ses enfants. » « La vie du petit peuple. La vie… ». Le mode premier du consentement à l’action est la conviction de servir une cause légitime : le génocide n’en est pas exclu. Et c’est même par cela qu’il est rendu possible, que de beaucoup au TPIR, comme dans les prisons rwandaises, se déclarent sans reproche, si particulièrement persuadés qu’ils étaient d’agir en vertu d’un ordre de la plus haute importance morale, l’intérêt de la sécurité définitive de tout un peuple [27], si particulièrement persuadés qu’ils étaient d’avoir agi en Hommes du devoir [28], de n’avoir été que des jardiniers qui veulent extraire de leur jardin le chiendent qui menacent ses roses.

Les jeunes turcs de 1908 qui élaborèrent le génocide des Arméniens de 1915 étaient des intellectuels transportés par la philosophie des Lumières [29]. Ceux qui commanditèrent au plus haut niveau les missions d’extermination des Einsatzgruppen, tuaient des enfants mais aimaient la musique et la poésie. De fait, les personnalités sadiques ne constituaient qu’une infime partie des hommes investis. Et la plupart de ceux jugés au TPIR ne diffèrent pas : ils aiment le cha-cha-cha et la noël, le Kivu, la suavité du miel, les heures passées avec leurs amis ou leurs enfants. Ce furent des Hommes pour lesquels l’imminence d’un danger fut si puissamment redoutée, qu’ils assimilèrent la perpétration des tueries à des actes de guerre tout à la fois légitimes et absolument nécessaires [30]. Et c’est là le secret du génocide, de n’être que rarement la prérogative de la pathologie [31], de n’être pas comme les autres crimes, refoulés rétroactivement, successivement à leur perpétration, mais de l’être de facto par un refoulement qui le précède. C’est le secret de sa réussite : de n’être jamais un crime pour celui qui le commet, pour devenir le crime en nombre, le crime de masse et des masses, de « ceux qui tout humains qui tout hostis humani generis qu’il soit, sont pris dans des circonstances telles qu’ils leur est » souvent « impossible de savoir, ou de sentir qu’ils ont fait le mal, de ceux qui n’eurent jamais pu être criminel autrement. Tous les systèmes juridiques modernes supposent que pour commettre un crime il faut avoir l’intention de faire le mal » [32]. Huit semaines passées auprès de détenus du TPIR : rien ne paraît moins évident .

Il demeure que l’intention de camoufler les morts – combien de chambres à gaz furent détruites en Pologne ? Combien de feux furent mis en place pour éliminer « physiquement » les corps des victimes visibles au Rwanda ? – laisse ouverte la question de la conscience des actes. Mais dans son fond, le génocide est une promesse. Pour reprendre une phrase de Pin Yathay sur le régime Khmer : Il administre « la mort avec des mots aimables » [33] : il fait la guerre aux uns pour préparer la paix éternelle des autres. Une paix déguisée par une uniformité pourtant inatteignable, là où l’humanité se défait autant qu’elle pense se faire, mais une paix prise comme telle néanmoins, la « paix barbare » [34] ou « la paix charnier ». Comment imaginer alors que le criminel puisse en faire des aveux ? Quand il s’est déjà opéré en lui une telle déshumanisation de son rapport à la réalité, une telle inversion des catégories, de la vie, de la mort, du bien, du mal, de la vérité, du mensonge, protectrice de la perception de la réalité même de son crime, comment imaginer attendre de lui des paroles qui le confondent quand lui s’est toujours confondu ?

Le génocidaire et lui-même, ou le génocidaire et l’après génocide.

 

Mais le déni « antécédent » ne suffit pas à expliquer le déni « successif ». Pourquoi suit-il, comment suit-il ? Faut-il qu’ils y croient vraiment ?

Vingt ans ont passé. La torpeur aussi, comme le temps où les actes étaient reconnus légitimes, par eux-mêmes, et surtout par les autres. Et pourtant tout ce que les détenus lisent, et tout ce qu’ils entendent, et tout ce qu’ils voient, tout nie le mal qu’ils ont causé, nie leurs victimes, nie leurs juges, nie l’histoire qui se tamise… Leurs ouvrages, même ceux qui abondent de preuves impartiales dans un contexte particulièrement politisé, sont utilisés pour ne retenir que ce qui accrédite la réalité qu’ils espèrent. Ils raillent tous ceux qui parlent de « volonté exterminatrice« , de listes constituées, de planification, de techniques d’humiliations du corps et des corps.

Dans leurs cellules, et parmi les piles de ce qui les obsèdent, les listes de recensements de 1992 qui viennent à contester « le nombre de morts tutsi« , la responsabilité des « autres » (le FPR) : le silence de la communauté internationale, complot cosmopolite fomenté par Kigali, Kampala et Washington dés avant 1990 pour piller et dominer l’Afrique des Grands Lacs et l’Est du Congo, les rapports sur l’attentat contre l’avion du président [35], et tout ce qui peut à faire rappeler leur « Honnêteté dans ce chaos » dont celle commune à tous d’avoir sauvé des tutsis, et  » « l’incapacité du TPIR a démontrer les preuves tangibles de la planification du génocide par le régime d’Habyarimana ou le gouvernement intérimaire« . Viennent aussi l’assurance d’avoir vu des « infiltrés « , Interahamwe du FPR » [36] qui venaient se mêler « en masse aux massacres des leurs en se prétendant hutu » déguisés «  jusqu’à ressembler à des femmes » : leur but prétendu ? « Massacrer des centaines de milliers de tutsi pour faire passer les hutu pour des monstres aux yeux de la communauté internationale et se préserver de leur pouvoir par le dégoût mondial créé ensuite envers  leur communauté ».

Aux nues de leurs prophètes malheureux, pour chaque détenu se retrouvent des ouvrages dits d’investigations que tous ou prou connaissent et ont lu, parfois dédicacés et dont ils soulignent au feutre des passages. Ils portent chacun en germe l’idée d’une « planification du génocide des tutsi et des hutu par Paul Kagamé » [37], « Qui est génocide ? (…) A supposer par impossible que vous (le FPR) veniez à prendre Kigali d’assaut (…)  Ce serait la fin totale et précipitée de la race tutsie. « Qui est génocide ? » [38].

Car sommes nous « victimes » de la colère d’un autre si c’est nous qui l’avons déclenchée ?

Subrepticement, la justification du crime s’opère.  Le génocide des tutsi serait  un plan d’auto-sacrifice préparé par les tutsi et pour eux-mêmes afin de s’approprier l’or noir et gris du Kivu. N’avons nous d’ailleurs pas lu sous quelques plumes dangereuses que la Shoah était un pré-projet pour l’obtention d’Israël? [39]

Les condamnés passent des heures à mettre les livres en gruyère [40], à y éviter le fatras d’ « erreurs dégueulasses sur nous-mêmes » pour n’en préserver au tamis obsessionnel que les crimes commis par des militaires de l’Armée Patriotique Rwandaise (FPR) et demeurés impunis – au Rwanda (1990-1994) – comme à Kibeho en 1995 ou au Congo Zaïre 1996-1998.

« Quand la menterie et la mystification colorent presque toutes les pages, en celles-ci la vérité demeure ».

Parce que les soldats du FPR furent criminels nous l’avons été, parce qu’ils furent criminels nous ne le sommes plus… Et mieux encore parce qu’ils le sont toujours, par la dictature actuelle à Kigali d’un autocrate « qui est des leurs », Nous ne le sommes pas : Raison était de craindre les tutsi ! Raison était de rapporter à eux, à lui, au sang politique qui coulait dans leurs veines, le sang de tous les autres…

Combien d’heures passent-ils à s’accaparer le moindre évènement médiatique qui viendrait à les soutenir : l’acquittement d’un accusé d’Arusha, le retour de veste d’un témoin, le verdict d’un procès. Un auteur, particulièrement, fit fleuron auprès de tous [41] : « Il y a un blanc qui a dit les tutsi sont des menteurs ; les tutsi ont porté plaintes contre son livre ; car il a dit dans son livre que les tutsi sont des menteurs. Et Péan a gagné son procès. Tout le monde reconnaît que par nature donc, ils sont menteurs ».


Tous, tous sauf trois peut-être, affirment unilatéralement l’interdiction de comprendre, désormais matérialisée dans leurs discours. Ils sont fermés à la réalité comme des huîtres qu’il faudrait ouvrir au couteau.

Au Tribunal Militaire International de Nuremberg, le procureur Jackson déclara :

« Si nous mettons bout à bout toutes les déclarations des accusés, il en ressort un portrait ridicule du gouvernement d’Hitler. Ce gouvernement était composé d’un homme, le numéro deux du Parti, qui n’a jamais rien suspecté du programme d’extermination des juifs bien qu’il ait signé de nombreux décrets antisémites ; d’un numéro trois qui n’était tout simplement qu’un Allemand moyen innocent, se bornant à transmettre les ordres d’Hitler sans jamais les lire, comme un facteur ou un coursier ; d’un ministre des Affaires étrangères ignorant des dossiers et très peu au courant des décisions de politique étrangère ; d’un maréchal qui donnait des ordres aux forces armées mais qui n’avait absolument aucune idée de leur résultat en pratique ; d’un chef de la sécurité qui s’imaginait que les fonctions de police de sa Gestapo et des SD se bornaient à diriger la circulation ; d’un idéologue du Parti qui n’avait aucune idée de la violence que sa philosophie pouvait engendrer en plein XXe siècle ; d’un ministre de l’Intérieur qui ne savait même pas ce qui se passait dans son propre bureau, encore moins à l’intérieur de son propre ministère, et rien du tout à l’intérieur de l’Allemagne, d’un président de la Banque du Reich qui fut totalement ignorant de ce qui rentrait et sortait des coffres de sa banque .  » [42].


Le juge Jallow, au TPIR, eu pu aussi bien dire :

« Si nous mettons bout à bout toutes les déclarations des accusés du TPIR, il en ressort des commandants militaires chefs d’unités d’élites ignorants de leurs recrues, de leurs agissements comme de leurs parcours, incapables de donner des ordres, des contrordres, des sanctions, un ministère de la défense ignorant de ses lignes défensives, un ministère des finances ignorant de l’utilisation de son budget, un ministère de l’information ignorant de sa propagande, des membres du gouvernement incapables de retenir un seul propos tenus lors des réunions où ils assistèrent, ignorants de la presse, ignorants des médias, de préfets et de bourgmestres perclus dans leurs offices, ignorants du sens des ordres qu’ils transmirent, des territoires dont ils avaient autorités, ignorants des barrages qui s’y élevaient, des conseils locaux, des mesures de « sécurité », des rondes, des patrouilles, des agissements de leurs gendarmes, de la distribution d’armes et de munitions aux paysans, des formateurs de milices ignorants de la formation des miliciens, ignorants de l’enrôlement des civils aux portes à portes, des Hommes d’affaires ignorants de l’utilisation des fonds qu’ils versaient, des chansonnier, journalistes, animateurs radio ignorants de la portée des mots, des membres du clergé ignorants la puissance de l’appel à Dieu pour essayer d’appeler au calme ».


Aucun n’a vu, aucun n’a dit, aucun n’a fait, rien ne fut dévoilé en leur présence, rien ne s’est parfois même déroulé sous leurs yeux. A quelques points près c’est ce que les psycho-sociologues Matza et Sykes nommèrent la neutralisation [43].

La stabilisation et la valorisation du Soi, foyer organisateur, cadre d’intégrations des perceptions, des sentiments et des comportements [44], est la première des motivations naturelles, à l’origine pacifique et absolument nécessaire à l’individu [45]. Mais cette stabilisation et valorisation du Soi est dépendante de l’impératif d’être saisi pour se saisir [46], de se projeter et d’être projeté dans le monde extérieur pour avoir un monde intérieur, l’auto-perception humaine ne pouvant échapper à la nécessité d’un public, condition « à la fois d’une reconnaissance intersubjective et d’une entente avec soi médiatisée par l’intersubjectivité » [47]. Or à tous ces Hommes condamnés, non seulement par un Tribunal mais un Tribunal du Monde, que reste-t-il ? Et que peuvent-ils changer désormais d’eux-mêmes et de leurs actes, pris dans ce mécanisme de la justice moderne passée « à une économie des droits suspendus » [48] ? Car dans l’incarcération,  « il n’y a pas d’avancement, soit çà dégringole, soit c’est le statut quo, mais c’est toujours la même chose, çà reste seulement ce que tu es. » Dans l’incarcération, poursuivent-ils tous : « il n’y a plus que le passé, vous ne pouvez plus vous réaliser. Vous êtes toujours vingt ans en arrière, vingt ans en arrière, toujours vingt ans en arrière. (…) » Et pourtant « vous existez encore »…

Alors faire croire au soi – s’exclame l’un – faire croire aux autres, nier, c’est aussi, pour le condamné, neutraliser la blessure morale et narcissique insupportable que lui a infligée le jugement des Hommes : « La gestion de l’image de soi donnée aux autres et par les autres« . Un système de défense psychique coordonné par un ensemble de justifications et de rationalisations qui permettent de ne pas submerger la cohérence indispensable à l’identité de l’individu et de préserver son intégrité, de survivre à l’humiliation. Une logique d’évitement juridiquement obligatoire et psychologiquement nécessaire [49].

« Négation juridiquement obligatoire » d’abord, parce qu’ils savent parfaitement ce qu’est la prison, qui peut  la désirer ?

« C’est la pire des catastrophes qui peut vous arriver, quelque chose de monstrueux. » il faut « toujours se battre pour espérer autre chose » ! Alors nier, « même avec malhonnêteté, pour se sortir de là, au moins être à l’extérieur, même si  l’intérieur reste toujours… » « C’est un devoir », une honnêteté envers la vie : « celui qui ne nierait pas serait encore plus fou ! » Et puis « l’on sait tous qu’il y a des témoins peu crédibles », des crapules à charges pour mentir « dans un sens comme dans l’autre », c’est le jeu du tribunal. « S’il y a des gens écroués alors qu’ils ne le méritent pas, d’autres sont acquittés alors qu’ils n’auraient pas du l’être… Ceux dont le procureur ne pouvait pas prouver tous les actes. Ceux dont les avocats furent ingénieux. J’en connais… Mais pourquoi s’arrêterait-on de nier s’il y a l’espoir ?« . Et il ne faut pas seulement nier ce que l’on a fait mais encore « nier ce qu’ont fait les autres« , nier tout… Parce-que chaque prévenu sait très bien avec qui il était: « la politique ne fait jamais seule, alors on se tait, mutuellement. Car si les détenus ne disent rien, s’ils ne chargent pas les autres c’est aussi pour que ces autres ne les chargent pas eux-mêmes… » Il n’y a là que de la logique humaine, « nier pour se sauver » c’est tout le but d’un procès.

« Logique d’évitement psychologiquement nécessaire » ensuite parce qu’ils sont des hommes, dans l’impossibilité de pouvoir vivre hors de la communauté des Hommes, et « Parce qu’ici (en prison), c’est horrible, horrible par les murs, horrible par la solitude, horrible d’être face à soi-même, soi-même, soi-même. » Aussi faut-il tenter de dépasser tout ce qu’on a rabattu sur « soi » poursuit un détenu, qui ensuite conclu : 

« J’ai un cœur de bonne qualité. Je dois me le dire, C’était un cœur de bonne qualité [50]! Je ne peux pas être abattu comme un arbre, j’ai été réduit, mais je dois garder le peu que je suis ! Par intérêt pour la vie qu’il reste … ! Comme Saint Saint-Exupéry : j’ai les bras pétrifiés, les jambes pétrifiés  mais dans mes yeux je suis encore pire qu’un salop si je ne marche pas. Je dois me sauver et ce qui sauve, c’est de faire un pas, encore un pas. Toujours un pas vers un monde à l’envers du monde. Car je ne pense pas que vous avez quelques mois devant vous si vous ne le créé pas.  Si un prisonnier en prison ne créé par un monde à lui, s’il n’aménage pas sa cellule, s’il n’en fait pas le monde en lui, vous n’allez pas faire longtemps. (…) Il lui faut créer un monde où vous avez tout : c’est un monde fictif mais que vous essayer de créer pour pouvoir vivre. »

Et puis la prison, c’est justement cela : le passé, seulement le passé.  » Vous ne pouvez plus vous réaliser, vous êtes toujours vingt ans en arrière, vingt ans en arrière, toujours vingt ans en arrière. » Nier est peut être alors tout ce qui reste à ces hommes pour survivre à leurs actes ; nier pour lutter contre la désagrégation de soi. Nier pour être face à soi-même. Et nier tous ensemble, pour mieux y croire,  pour que la neutralisation agisse plus fortement [51]. La négation pour agir et la négation pour survivre à ce que l’on a fait. Peut être  les raisons principales du déni.

Mais il  demeure aux détenus au moins deux vérités « objectives ».

La première vérité est celle de l’unilatéralité de la Justice internationale.

Elle a jugé les génocidaires, mais elle n’a jugé qu’eux. Son rôle fut essentiel. Non seulement parce qu’elle a contribué à rendre « un peu » justice aux victimes – elle ne pourra jamais la leur rendre complètement – mais encore parce qu’elle a encouragé à la compréhension historique des responsabilités de « hauts niveaux », a lutté contre leur impunité, et par la constitution des archives nécessaires aux procès, a contribué à la mémoire indispensable du génocide et à sa conservation. Mais elle aurait du juger les crimes de guerre et crimes contre l’Humanité commis sur le territoire rwandais à cette même période (1990-1994) par certains membres de l’APR [52]. Non pour faire l’amalgame, non pour réduire l’ampleur et le statut exceptionnel du crime de génocide et la forme de violences inouïes qu’il prit à l’encontre des tutsi du Rwanda, mais parce-que, pas plus que l’impunité, la justice partiale ne permet pas la réconciliation.


La seconde vérité est celle du danger qui réside dans toute  criminalisation collective : « Il a été demandé à ma fille de demander pardon, m’explique un détenu.  Mais quel crime a-t-elle commis ? C’est à son père qu’il faut demander. »

« Pour certains, « le » hutu, explique-t-il encore, tout hutu est devenu criminel », « ce mot même fait trembler.  Mon Nom, je ne le porte plus personnellement, mes enfants, ma femme, c’est eux qui partagent avec moi, ma faute. Ils sont devenus ce que je suis. Je ressens l’injustice de greffer sur eux les crimes qui ne sont pas les leurs, de leur demander d’expier ce dont ils ne furent pas responsables, de leur imposer un remord qui ne leur appartient pas. De toutes les échappatoires rhétoriques et les conformismes de pensées, de toutes les mystifications, prenez au moins cette vérité :  Eux, n’y sont pour rien.Les juifs oublieront-ils un jour les Allemands… ?  Il le faut ! Qu’ils les oublient, que tous nous les oublions ! Mais jamais les Nazis. Et les « hutu » ; les « hutu… » ? Mais qu’est-ce que cela veut dire ? Ce sont des Hommes qui ont agi. »

Des hommes : ne pensez pas qu’il y ait entre les criminels et nous d’opposition de nature [53]. Des Hommes, non des Hutu, non des Africains : mettez-les à nu de leurs étiquettes, des Hommes, pris dans les méandres de leur Humanité, voilà ceux que nous devons juger : des Hommes.

Notes:


[1] Le FPR est l’abréviation du Front Patriotique Rwandais.  Parti politique  formé en Ouganda en 1987 par une majorité de tutsi exilés suite aux violences ethniques de 1959, 1963, 1965, 1972-73,  réclamant leur droit de retour, sa première attaque d’envergure a lieu le 1er octobre 1990. Celle-ci entraîne la disparition de Fred Rwigema, l’un de ses fondateurs. Le 7 avril 1994, après l’assassinat non élucidé du président rwandais Juvénal Habyarimana, le FPR, sous la direction de Paul Kagame, coordonne une offensive d’ampleur qui dure trois mois, jusqu’à ce qu’il s’empare du pouvoir, le 4 juillet 1994.


[2] Voilà ce que me disait encore le même homme :

« Ce que l’on put remarquer une fois l’avion du président abattu, c’est que les rwandais tutsi suivirent les directives et se regroupèrent dans les lieux de regroupements conseillés par le FPR, le parti opposé au gouvernement. Ils allaient dans les paroisses, les stades, en écoutant la radio Muhabura, leur radio clandestine. Alors, comme ils ont fui dans ces lieux, ils se mettaient sous leur protection, celle du FPR et il se créait une opposition: cela confirmait que les tutsi croyaient en eux, non au gouvernement! ».

[3] Ce point est particulièrement vrai pour le cas du Rwanda où les liens communautaires sur les collines étaient tels qu’il faut penser les responsabilités des initiatives au-delà de la seule structure Étatique.

[4] José Kagabo, « Après le génocide, notes de voyages », in revue Les Temps Modernes, n°583, Juillet-Août 1995.

[5] «Donnez-moi un exemple d’une élite à la politique haineuse ? Me disait un autre détenu. Non mais, allez-y ! (…) Ferdinand Nahimana ? Qu’a-t-il dit, hein, Qu’a-t-il dit ? (…) Non je ne pense pas, je ne vois pas où il a pu tenir des propos haineux, jamais. (…) En ce sens, je veux voir où il y a eu des propos haineux contre les tutsi ! Non je ne pense pas ! Je le redis, je dis, il faut aussi faire attention, on vous a piégé.»

[6] Propos du Maréchal Pétain à l’ouverture de son procès devant la Haute cour de justice de Paris le dimanche 23 juillet 1945. «Je ne suis que l’héritier d’une catastrophe dont je ne suis pas l’auteur»,

[7] Plus tard, un autre détenu me disait encore: « On dit 800 000 tutsi morts ? Regardez les recensements, il n’y en a jamais eu autant au Rwanda ! Qui sont-ils alors ces cadavres ? Les nôtres ! ».

[8] Il y a eu en réalité plus de jugements, quatre organisations ont ainsi été condamnées à Nuremberg : certains dirigeants du Parti National-socialiste, des membres de la Gestapo et du SD (Service de Sécurité) et des SS. Toutefois seulement 22 jugements furent rendus relativement à la culpabilité « individuelle ».

[9] Seul Albert Speer, qui eut un rôle majeur dans l’armement du IIIe Reich, a admit, au cours de son procès, sa « complicité morale ».

[10] Propos du juge Jackson, cités par Annette Wieviorka, « Nuremberg : les nazis devant leurs juges », in Les Collections de l’Histoire, octobre 1998, n°3, pp.90-95.

[11] Propos du Maréchal Pétain à l’ouverture de son procès devant la Haute cour de justice le dimanche 23 juillet 1945.

[12] Yves Ternon, L’innocence de victimes, Paris, Desclée de Brouwer, 2001, p.21.

[13] Henri Tajfel, John C. Turner, An integrative Theory of Intergroup Conflict. In W.G. Austin & S. Worchel (Eds), The Social Psychology of Intergroup Relations, Monterey, CA: Brooks-Cole, 1979.

Henri Tajfel, John C. Turner, The Social Identity Theory of inter-group behavior. In S. Worchel & L.W. Austin (Eds), Psychology of intergroup Relations, Chicago: Nelson Hall, 1986.

[14] Jacques Sémelin, Éléments pour une grammaire du massacre, in Le débat, n°24, Paris, Gallimard, 2003/2, pp. 154-170 : « La réponse d’une personnalité à une situation ».

[15] Jean Pinatel, La criminologie, SPES, 1960, p.61

[16] La responsabilité du sujet singulier s’efface par le « nous » que les tueurs utilisent. Ce fait était déjà souligné par Jean Hatzfeld, dans son ouvrage Une saison de Machette, récits, Paris, Seuil, Fiction & Cie, 2003. Ici dans les discours des détenus, c’est le « ils » qui prédomine.

[17] Quatre détenus admettent avoir craint pour leur postes, quand quatre autres avait été contraints de le quitter.

«Tant avait peur de perdre leur place, explique un ancien préfet, ces fonctionnaires là c’était quelque chose. Et tout le monde, se disaient : « si le FPR rentre, nous allons perdre des postes ». Disons, que ce sentiment était généralisé, mais est-ce que ce sont ces fonctionnaires qui sont allés tuer leurs voisins ?, çà c’est autre chose… Mais c’était des discussions…, dés que les accords sont sortis ! Dans les rencontres, dans une buvette, on discutait de cela ! C’était courant : «Moi, est-ce que je vais rester au ministère ? Il est maintenant attribué au FPR, vais-je garder cette place ?» «Et moi je suis du MRND, ce ministère est accordé au PSD, vais-je y rester ?» … « Qu’est ce que je vais devenir ? » »

*Le PSD, Le MRND, etc. étaient des partis politiques.

[18] « Il y avait des milliers de jeunes qui restaient là sans rien faire, explique un autre détenu. Il y avait même des gens sur les collines qui n’avaient plus de champs. Parce qu’à cause de la surpopulation, les parcelles devenaient petites, petites, petites. Je me rappelle quand j’étais encore jeune, on avait un lopin de terre, peut être à 5 hectares mais mon père avait 5 garçons et nous avions 3 filles, et les 5 garçons devaient se partager les 5 hectares, mais mes frères qui se sont partagés les 5 hectares, ils avaient des enfants, et eux-mêmes des familles ; ils devaient se partager les lopins de terre, il en restait finalement combien pour la famille, même pas un hectare ! Est ce que çà peut suffire pour une famille ? Il y avait des moments ou les familles n’avaient plus rien à partager. Alors que deviennent ces gens qui sont sur la colline, qui n’ont pas de champs et aucun jardin pour cueillir ? : Rien. Et avec rien on attrape toujours facilement ».

[19] Jean Claude Willame, Aux sources de l’hécatombe rwandaise, Institut Africain CEDAF-L’Harmattan, Bruxelles-Paris, 1995, p.155.

[20] « Parce que chez vous c’est l’avantage – poursuit un détenu – vous avez le chômage, même un petit quelque chose. Autrement les jeunes casseraient tout. Mais chez nous, justement quand les gens, même ceux qui ont étudié, n’ont pas de poste, on ne leur donne rien… Et alors de ce temps, il y a tous ces jeunes qui n’ont rien n’ont plus » alors « ils leurs promettent la sécurité pour le peuple, la paix, et chaque fois ils donnent des explications comme çà : c’est à cause de ce type là – ce groupe, cette religion, cette ethnie, ils menacent la sécurité à l’intérieur, oui c’est comme ça qu’ils font (…) Tous les problèmes sont mis sur un dos précis. Et le peuple il dit « oui c’est vrai et si c’est eux, oui, on va les arrêter et les tuer, oui. Ce n’est pas difficile de motiver la frustration. »

[21] Jean-Paul Sartre, Réflexion sur la question Juive, Paris, Gallimard, Folio, Essais, 1985, p.51.

[22] À ce propos, Esther Mujawayo, Souad Belhaddad, SurVivantes, Paris, Editions de l’Aube, 2004.

[23] Denis-Constant, « Cartes d’identité. Comment dit-on « nous » en politique ? », Paris, Presses de la F.N.S.P., 1994, pp.31-32.

[24] José Kagabo, « Après le génocide, notes de voyages », in revue Les Temps Modernes, n°583, Juillet-Août 1995.

[25] Un détenu me disait encore : « Ce n’est pas question de perdre une place, un poste, c’est dire qu’il y a une ethnie qui va nous prendre tout ! »

[26] « Parmi les Tutsi des infiltrés de l’ennemi, il y en avait et d’autres, bien d’autres Tutsi encore qui avaient préparé les fosses communes où mettre les hutu. On le savait par les voisins hutu qui avaient creusé le trou chez des tutsi bien avant que l’avion ne soit abattu. Et on l’a su par la radio. Nous on creusait les trous sans savoir pourquoi. (…) Mais le pourquoi et bien ils l’ont découvert quand ils ont appris que l’avion est tombé : c’était pour eux. Et quand ils ont appris qu’on s’entre-tuait à Kigali, ils ont compris la question du génocide des hutu (…) »

[27] Peter Longerich, Nous ne savions pas, Les allemands et la solution finale. 1933-1945, Paris, Héloïse d’Ormesson, 2008, p.328

[28] Robert Merle, La mort est mon métier, Paris, Poche, préface, 1972, p. III.

[29] Édouard Jakhian., Préface de l’ouvrage collectif N’épargnez pas les enfants ! Mémoire d’un génocide de proximité, en commémoration du 15e anniversaire du génocide tutsi au Rwanda, Bruxelles, les éditions ADEN, mars 2009, p. 9.

[30] Christopher Browning, Des Hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne, Paris, Les belles lettres, 2007, p.22.

[31] Harald Welzer, Les exécuteurs : des hommes normaux aux meurtriers de masse, Paris, Gallimard, NRF Essais, 2007, p. 12.

[32] « Ce nouveau type de criminel, tout hostis humani generis qu’il soit, commet des crimes dans des circonstances telles qu’il lui est impossible de savoir, ou de sentir qu’il a fait le mal.» extrait de Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem, Paris, Folio Histoire, 2001, p444.

[33] Pin Yathay, L’Utopie meurtrière; un rescapé du génocide cambodgien témoigne, Paris, Complexe, 1989.

[34] Partie du titre de l’ouvrage d’Alain Brossat, La paix Barbare, Essai sur la politique contemporaine, Paris, Les Éditions de L’Harmattan, 2001.

[35] « Si elle n’a plus de dirigeant, alors la population se perd dans l’infini, parce qu’un dirigeant, c’est la reine des abeilles, quand elle est morte : les abeilles meurent…» in Christophe Hakizabera, L’ONU dans l’étau des lobbies du FPR, témoignage n°2, Août 1999.

[36] Beaucoup reprennent la thèse de Charles Onana : « Quelques jours avant les massacres, 4000 hommes de l’Armée Patriotique Rwandaise se trouvaient déjà à Kigali, pourquoi n’ont-ils pas suivi les Tutsi programmés à l’extermination ? Pourquoi n’ont-ils pas déclenchés une campagne internationale pour empêcher l’irréparable ? / Jusqu’ici, on considère que le génocide était exclusivement l’œuvre des extrémistes hutu, et de barons de l’ancien régime, c’est en parti vrai » (in Charles Onana, Déo Mushayidi, Les secrets du génocide rwandais : enquête sur les mystères d’un président, Bondy, Ed. Minsi, 2001, pp.65/83.)…

[37] Jean Kambanda, La planification du génocide des Tutsi et des Hutu par Paul Kagamé, Témoignage fait à Koulikoro, le 1er novembre 2011. Document fourni par l’un des détenus.

[38] Pierre Erny, Rwanda 1994. Clés pour comprendre le calvaire d’un peuple, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 63.

[39] Thèse antisémite célèbre promue notamment par les écrits négationnistes de Hans Frank.

[40] J’utilise ici l’expression de « Textes en Gruyère » pour ne pas dire « en morceaux » car les détenus n’en gardent que de petites parties, seulement utiles à ce qu’ils défendent. À l’exemple de l’enquête fleuve menée sur les mécanismes du génocide par la Fédération Internationale des Droits de L’Homme et Human Rights Watch, Aucun témoin ne doit survivre, et qu’ils ont tous sur leur étagères. On y trouve, disent-ils, quantités « d’erreurs dégueulasses sur nous-mêmes » et « d’élucubrations partisanes dans un pays confisqué aux journalistes ». Mais les pages tenant propos du FPR seront toutes soulignées en jaunes, et ne peuvent mentir.

[41] Procès SOS – RACISME / IBUKA contre Pierre Péan pour « provocation à la haine raciale », voir : Cour de Cassation Bulletin des arrêts, chambre criminelle, Novembre 2011, pp. 846-851.

[42] Propos du juge Jackson in Annette Wieviorka, « Nuremberg : les nazis devant leurs juges », in Les Collections de l’Histoire, octobre 1998, n°3, pp.90-95.

[43] David V. Matza, Delinquency and drift, Ed. J. Wiley, 1964.

David V. Matza, Gresham M. Sykes, Techniques of neutralization: a theory of delinquency, In American Sociological Review, 1957-22, pp. 664-670.

[44] Michael A. Hogg, Self-Uncertainty, Social Identity and the Solace of Extremism, (pp.19-35) in HOGG M.A., BLAYLOCK D.L., in Extremism and the Psychology of Uncertainty, Wiley-Blackwell, Oxford, 2012, p.21.

[45] John Dewey, The quest for certainty: A study of the relation of knowledge and action. Whitefish, MT: Kessinger Publishing, 1929/2005, p.33.

[46] Philippe Rochat, Others in mind -The social origin of self-consciousness, New York: Cambridge University Press, 2009.

[47] Alain Caillé (dir.), De La reconnaissance, Don, identité, estime de soi, Revue du MAUSS, semestrielle, n°23, Premier semestre 2004. La découverte, MAUSS, p.8 et p.304.

[48] Michel Foucault, Surveiller et Punir, Naissance de la prison, Paris, Gallimard, Nrf, 1975 p.16.

[49] Propos de Damien Scalia, chercheur à l’Université Libre de Bruxelles lors d’un échange de courriels.

[50] Antoine de Saint Saint-Exupéry, Terre des Hommes, Paris, Livre de Poche, n°68 : « Voilà que mon cœur tombe en panne. (…) Je ne bouge plus et j’écoute en moi. Je lui disais : « Allons, un effort ! Tâche de battre encore… Mais c’était un cœur de bonne qualité ! »

[51] Tzvetan Todorov, La vie commune, Paris, Seuil, 1995, p.129 -130.

« Il est impossible de pouvoir vivre sans ceux qui vous reconnaissent, poursuit un détenu, ce n’est pas vous qui vous reconnaissez, ce n’est pas vous qui devez chanter pour être reconnu, c’est eux qui doivent chanter sur vous. Sans leur chant vous n’êtes rien ! Et ici, on a plus que nous mêmes.  Savez-vous, ce que devient quelqu’un sans personne ? C’est déjà le début de l’enterrement, vous êtes déjà un peu sous terre.  Alors, nier, quelques soit les raisons qui y poussent… C’est par intérêt pour la vie qu’il reste ».

[52] Voir par exemple le récit de « Massacre de plusieurs centaines d’individus au stade de Byumba en avril 1994″ (p.20/21), ou les « séries de raids sanglants sur des responsables militaires et politiques réalisés (par le FPR) à Kigali au début d’avril-mai 1994″ In Alison Des Forges, Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme, Human Rights Watch, Aucun témoin ne doit survivre, Le génocide au Rwanda, Paris, Karthala, 1999.

[53] David Rousset, L’univers concentration-naire, Paris, Editions du Pavois, Collection Le chemin de la vie, 1946, p.187.

 

Références électroniques:

Amélie Faucheux,  « “Mais c’était un coeur de bonne qualité!” Génocide et discours du déni», Carnet de recherche, OpenEdition, Altérités & Violences, 09 | 2019, mis en ligne le 20 septembre 2019.
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.