Archives par mot-clé : Analyse de la violence

Meurtres de masse et condition collective: être dans un groupe. Entretien avec François T, Musambira, Rwanda.

François T., Jeune aide-ménager né en 1981, participe aux massacres des Tutsi de sa colline, au Rwanda, entre avril et mai 1994.  Dans un entretien assez court qu’il me donne avec une grande honnêteté, il revient sur ce qui l’a poussé à participer aux meurtres de celles et ceux qu’il connaissait, sur sa colline natale. A l’écouter, et bien que son propos suive un récit d’abord autobiographique, se dessinent des raisons claires à sa participation. Parmi celles-ci apparaissent son jeune âge, l’enchaînement des évènements (ou la prise dans l’engrenage des évènements sociaux et de ses actes), la peur (celle de la précarité sociale, celle de la guerre, etc.), le plaisir – ce « plaisir » que tant de participants décrivent avoir ressenti au moment de la commission des meurtres – et l’importance de la camaraderie et du collectif : la crainte de ne plus être considéré comme membre de sa communauté s’il ne participe pas.

Continuer la lecture de Meurtres de masse et condition collective: être dans un groupe. Entretien avec François T, Musambira, Rwanda.

Mukingi, un récit de massacres du génocide des Tutsi. Témoignage de Christine, rescapée.

Christine, rescapée du génocide des Tutsi, fait ici le récit des massacres d’avril/mai 1994 auxquels elle a survécus, dans le centre du Rwanda. Elle a alors trente ans. Interrogée sur ce qu’elle comprends de l’origine et de la possibilité du génocide, elle tisse sa réponse par le déroulé des tueries : s’il n’y a pas, selon elle, de causes intégralement rationnelles à un génocide – tout, à première vue, lui semble absurde – du moins les pratiques de massacres, si homogènes sur l’ensemble du territoire, doivent nous interroger sur l’universalité de sa violence.

Continuer la lecture de Mukingi, un récit de massacres du génocide des Tutsi. Témoignage de Christine, rescapée.