Violences et migrations, pourquoi s’y intéresser ?

Nous sommes tous des migrants, soit personnellement, soit par le biais de nos ancêtres. Ricardo Alberto Guibourg.

Le but de cette rubrique est de réfléchir à la liberté de mouvements des Hommes et ses entraves. Que veut dire être migrant ? Quelles souffrances, quels espoirs, quelles difficultés ? Et pourquoi sont-ils si souvent rejetés ?

 

Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat, de quitter tout pays, y compris le sien, et d’y revenir, ou de chercher asile et d’en bénéficier en d’autres pays s’il est victime de persécution. Voilà ce que la Déclaration Universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948 décrète [articles 13 et 14]. En pratique une infime minorité seulement d’entre-nous a effectivement la possibilité de construire sa vie hors du pays où il est né ou de se voir accorder l’asile. Le plus souvent, celles et ceux qui tentent légalement ou illégalement de vivre ces droits, les migrants – qu’ils soient migrants internationaux (installés depuis longtemps dans un autre pays que celui de leur lieu de naissance), migrant économique, réfugié (celui ou celle qui a obtenu le droit d’asile), demandeur d’asile, déplacé climatique désormais, clandestin ou sans papier – voient cette liberté refusée pour des raisons d’abord socio-économiques (discrimination sur la richesse), mais aussi identitaires, liées à leur nationalité, leur religion ou leur orientation sexuelle etc.

Cette rubrique vise à mieux connaître et comprendre ces parcours  migratoires et d’accueils et la violence que de nombreux hommes et femmes y subissent. Elle vise à contrer des vues simplistes, souvent stigmatisantes, afin de penser autrement les politiques migratoires et les moyens d’améliorer les dispositifs législatifs existants.

 

Pourquoi  s’engager à comprendre les raisons, à faire connaître et à agir sur ces violences  ?

Parce que de nombreuses personnes migrantes en situation irrégulière,  faute de papier, et souvent en raison de leur situation économique dans leur pays d’origine, se voient refusé le respect de leurs droits fondamentaux : accéder à un hébergement, à de la nourriture, des soins médicaux, un emploi décent ou à une protection sociale.

Parce que, pour de très nombreux migrants, il est difficile de porter plainte et de voir ses droits pleinement défendus devant un tribunal. A cet égard, les femmes migrantes font face à des difficultés encore plus grandes, liées à leur « extranéité » et leur statut de femme. Si par exemple une femme sans papier est battue par son mari mais que sa seule possibilité d’échapper aux violences conjugal est de partir de son foyer : le risque d’un contrôle et de la perte de son droit de séjour ensuite fait qu’elle ne quittera pas le domicile conjugal. Il en va de même pour de nombreuses femmes victimes de traite sexuelle en situation irrégulière : au risque de se voir expulsées du territoire, elles ne dénonceront pas leur proxénète.

Parce que selon le Haut Commissariat des Nations Unies aux Réfugiés (HCR), plus de 2260 personnes sont mortes en 2018, en Méditerranée, la mer aujourd’hui la plus meurtrière au monde.

Parce que chaque année, en France, près de 50 000 êtres humains se retrouvent dans des locaux ou centres de rétentions administratives, où les conditions sont désastreuses.

Affiche de la CIMADE.

Parce que, tout simplement, et selon les données transmises par le HCR, toujours, depuis 2016, au moins 65 millions d’êtres humaines se trouvent aujourd’hui en situation de déplacement forcé. Ce chiffre, inédit depuis 1945, et qui va s’accroître avec les bouleversements climatiques, fait de la question du droit des migrant et de leur respect, un sujet de réflexion essentiel.

 

Notes :

La citation en exergue sur cette page est issue d’un article de Ricardo A. Guibourg, « Nous sommes tous des migrants« , in La Revue des droits de l’homme, 8, 2015.

Déclaration Universelles des Droits de l’homme, du 10 décembre 1948:

Articles 13 

1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un Etat.
2.
Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays.

Article 14

1. Devant la persécution, toute personne a le droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays.
2. Ce droit ne peut être invoqué dans le cas de poursuites réellement fondées sur un crime de droit commun ou sur des agissements contraires aux buts et aux principes des Nations Unies.