Qu’est ce que les « violences de genre » ?

«Le mari qui bat sa femme, la blesse, la taillade de bas en haut et se chauffe les pieds de son sang, ne commet pas d’infraction s’il la recoud et si elle survit ».

** Droit coutumier de Bruges, XIVème siècle.

Cette rubrique a pour objectif de contribuer à une meilleure connaissance du phénomène des violences de genre – en référence aux violences physiques et psychologiques, publiques ou privées, issues des relations inégales et socialement construites entre hommes et femmes – afin de participer à une prise de conscience des défis qu’elle pose et de la nécessité d’agir sur les relations de pouvoir au sein desquelles cette violence se construit.

 

Des violences disproportionnées à l’égard des femmes, des filles et des homosexuels.

Les violences de genre ou dites « sexospécifiques » – c’est à dire liées aux rôles distincts que les sociétés assignent aux homme et aux femmes dans un contexte culturel, politique, religieux et économique donné – désignent tout acte dirigé contre un individu du fait de son sexe, qu’il soit homme ou femme.

Eugenia Loli, collage.
Eugenia Loli, Collage.

Ces violences ont souvent lieu dans les espaces domestiques privés, notamment au domicile conjugal. Elles comprennent, entre autre : gifles, coups, menaces, enfermement ou empêchement de rentrer chez soi, humiliations, abandon brutal, imposition de rapports sexuels non désirés, impositions de pratiques sexuelles non désirées, imposition de rapports sexuels avec d’autres individus, avances déplaisantes, attouchements, voyeurisme, harcèlement, contrôle des sorties et de l’entourage du partenaire,  mépris, dévalorisation, dénigrement, mise à l’écart, chantage affectif, rapt des enfants, limitation d’accès aux ressources, vol des ressources du partenaire etc.  Ces violences ont aussi lieux dans le cadre public, dans les rues, écoles ou au travail. Elles se matérialisent surtout par des insultes, viols, attouchement, sévices sexuelles, tortures, mutilations génitales (infligées dans le cadre de pratiques traditionnelles), procédé d’intimidation,  proxénétisme, prostitution forcée, harcèlements etc. Ces violences peuvent aller jusqu’au meurtres. C’est le cas du « féminicide » dans le cadre conjugal, du crime homophobe, transphobe ou des tueries dites « Incel » (INvoluntary CELibate – célibataires involontaires).

Les rapports de genres étant massivement régis par un partage de pouvoir inégal entre hommes et femmes, cette violence affecte les femmes et les filles de manière disproportionnée.

Ces actes s’expliquent  en partie par les effets de ces rapports de forces historiquement inégaux et omniprésent, lesquels laissent plus facilement place à des démonstrations de violences à l’encontre de celles et ceux que ces hommes dominent (majoritairement les femmes mais aussi les minorités sexuelles, en particulier les hommes homosexuels et les personnes transgenres ; les violences commises sur eux visant généralement la perception d’une masculinité « défaillante »).

 

Quelques chiffres.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 35% des femmes dans le monde auraient subi des violences (coups, attouchements et/ou viols, sans prendre en considération le harcèlement) au cours de leur vie.

A une échelle plus resserrée (nationale), près de 70% des femmes auraient subi des violences physiques et/ou sexuelles à un moment donné de leur vie [1].

Une étude publiée en 2014 sur l’homophobie et la transphobie en Belgique montre que dans un pays pourtant démocratique et libéral, 9 homosexuels sur 10 ont un jour été victimes de violences verbale ou psychique ; 3 homosexuels sur 10 ont été victimes de violences physiques ; 2 homosexuels sur 10 ont été victimes de violences matérielles dans leur vie.

Plus d‘un tiers des pays du monde condamnent légalement les relations amoureuses et/ou sexuelles entre personnes consentantes du même sexe.

En 2017, au moins 87 000 femmes dans le monde ont été  intentionnellement tuées dont 58% par leur conjoint ou un membre de leur famille.

Au moins 137 femmes seraient  tuées chaque jour dans le monde, un tiers étant assassinée par leur conjoint ou leur ex-conjoint [2].

71% des victimes de trafic d’êtres humains dans le monde seraient des femmes et des filles (dans le cadre du trafic d’enfants et d’exploitations sexuelles, trois victimes sur quatre sont des filles) [3].

Plus de 200 000 000 de femmes et filles vivent aujourd’hui avec des mutilations génitales (excisions, infibulations, etc.) opérées avant l’âge de cinq ans [4].

Au moins 650 000 000 de femmes et de filles ont aujourd’hui été mariées avant l’âge de 18 ans.  Le mariage d’enfants aboutit généralement à des grossesses précoces, empêche la scolarisation et la connaissance des droits individuels : isolées et sans bagage intellectuel, ces jeunes filles sont davantage exposées aux violences sociales et conjugales [5].

Au moins 15 millions de jeunes filles (15/19 ans) ont subi des rapports sexuels non consentis [6].

Chez les femmes de 16-44 ans, la violence masculine est l’une des causes principales de décès et d’incapacités physiques [7].

 

Pourquoi s’engager à comprendre les raisons, à faire connaître et à agir sur ces violences ?

Eugenia Loli, Collage.
Eugenia Loli, Collage.

Simplement parce que des milliers de femmes sont violées chaque jour ou meurent sous les coups de leurs conjoints, mais aussi sous la violence de leurs père ou frères et par d’autres hommes, seuls ou en bandes, dans la rue.

Parce que des dizaines de millions d’individus sont encore exposés, partout dans le monde, à des insultes homophobes,  des violences physiques, au chantage (menace d’être licencié, harcèlement, exclusion scolaire ou du travail), au refus d’accès aux soins de santé essentiels et au risque d’être incarcéré et violenté pour la simple raison d’avoir une relation amoureuse consentie avec un être humain du même sexe.

Parce que la violence commise à l’encontre des femmes entrave non seulement leur bien être et leur santé mais ceux de leurs enfants. Elle implique des problèmes psychologiques et comportementaux parmi lesquels des états de stress post-traumatiques, des dépressions, des comportements addictifs (alcool, drogues) ou  suicidaires.

Parce que plus les enfants, petits, sont témoins de violences commises sur les femmes (violence de leur père sur leur mère), plus ils sont enclins, une fois adulte, à infliger des violences à leur tour [8].

Parce que les répercussions économiques et sociales, en plus du poids des souffrances personnelles, sont énormes : les dépenses liées aux recours des services de santé – coûts des services d’urgences, soins psychologiques et psychiatriques – ou les pertes financières liées aux absences au travail ou à la perte d’un emploi suite aux blessures ou aux traumatismes, représenteraient 1.3 à 1.9% du PIB de nombreux pays.

Eugenia Loli, Collage.

Mais aussi… parce que les victimes de viols ont du mal à témoigner et ne sont pas toujours prises au sérieux ; parce qu’il y a  toujours de fortes inégalités salariales ; parce qu’une » charge mentale » continue de peser sur le dos des femmes (80% des temps partiels en France, seraient occupés par  des femmes en vue de prendre en charge le foyer ou des proches) ; parce que les publicités et les images qui corsètent le corps des femmes, l’érigent en objet et restreignent sa liberté sont partout, favorisant le mal être physique et les maladies psychiques (anorexie, boulimie, etc.) ; parce que le droit au plaisir féminin est encore tabou et souvent minoré ; parce que les libertés sexuelles de tous, consenties, sont un gage de liberté pour tous ;  parce que les acquis juridiques sont récents et fragiles ; parce que, simplement, tout être humain doit être considéré avec dignité et avoir les mêmes droits quelque soit son sexe biologique, son genre, son orientation sexuelle, sa religion, sa culture, son ethnie, son identité nationale etc., parce que, oui, plus simplement encore, TOUT le monde gagne toujours à plus de respects et d’égalité.

 

« Une lutte politique qui ne place pas les femmes au cœur de celle-ci, au-dessus, au-dessous et à l’intérieur, n’en est pas une. » Arundhati Roy.

 

Notes:

** La photographie mise en avant dans cette page est du photographe Édouard Boubat, L‘ange oublié, publiée dans l’ouvrage « Vues de dos« ,  avec Michel Tournier, Paris, Gallimard, Nrf, 1981.

[1] Organisation mondiale de la Santé, Département Santé et recherche génésiques, London School of Hygiene and Tropical Medicine, Conseil sud-africain de la Recherche médicale (2013). Estimations mondiales et régionales de la violence à l’encontre des femmes : prévalence et conséquences sur la santé de la violence du partenaire intime et de la violence sexuelle exercée par d’autres que le partenaire, p. 2.

Pour obtenir des informations spécifiques par pays, voir Les femmes dans le monde 2015, tendances et statistiques, Chapitre 6, La violence contre les femmes, Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, 2015 et ONU Femmes Base de données mondiale sur la violence à l’égard des femmes.

La Convention pour l’Élimination de toutes formes de Discrimination à l’Égard des Femmes (CEDEF) a par ailleurs désigné cette violence ainsi :

Tout acte de violence fondé sur l’appartenance au sexe féminin, causant ou susceptible de causer aux femmes des préjudices ou des souffrances physiques ou psychologiques et comprenant la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou la vie privée.

[2] United Nations Office on Drugs and Crime (2018). Global Study on Homicide 2018, p. 10.

[3] ONUDC (2016). Rapport mondial sur la traite des personnes 2016, p.7, 28.

[4] UNICEF (2016). Les mutilations génitales féminines/l’excision : un problème mondial ; et Nations Unies (2018). Intensification de l’action mondiale visant à éliminer les mutilations génitales féminines, Rapport du Secrétaire général, p. 18.

[5] UNICEF (2018). Child Marriage: Latest Trends and Future Prospects (Les mariages d’enfants : dernières tendances et perspectives d’avenir), pp. 2 à 4 ; et UNICEF (2017). Is every child counted? Status of Data for Children in the SDGs (Chaque enfant est-il pris en compte ? L’état des données pour les enfants dans les ODD), p. 54.

[6] UNICEF (2017). A Familiar Face: Violence in the lives of children and adolescents (Un visage familier : la violence dans la vie des enfants et des adolescents), pp. 73 et 82.

[7] Promundo et ONU Femmes (2017) Comprendre les masculinités : Résultats de l’enquête internationale sur les hommes et l’égalité des sexes (IMAGES) [International Men and Gender Equality Survey – IMAGES] – Moyen-Orient et Afrique du Nord, p. 16. 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search