Qu’est-ce que l’Apartheid ?

« Whites only » , « Blancs seulement » . Ces deux mots accolés résument l’iniquité d’un système politique, l’apartheid*, qui fut celui de l’Afrique du Sud à partir de 1948. [1] **

Cette rubrique a pour but de faire connaître la genèse et le fonctionnement d’une utopie raciste totalitaire – le régime d’Apartheid – et de comprendre les effets de celle-ci sur l’ensemble d’une population. Par le désir d’empêcher le mélange des individus puis de les classer selon une hiérarchie  des identités ethniques dites alors de « races », et par la séparation des espaces et des cultures qui en résulta sur près d’un siècle, les difficultés de sortir d’une pensée raciste systémique sont immenses. Comment se sont construites ces identités collectives raciales dont tous les sud-africains, blancs et noirs, sont au présent, les victimes?  Comment évacuer les préjugés et la peur entre communautés quand ils ont été enseignés depuis l’enfance, quand ils sont inscrits dans les mémoires, chacune blessée, et dans la géographie ?

 

Une brève définition.

Le terme d’Apartheid est un mot afrikaans d’origine français qui signifie « séparation ». Il aurait été utilisé pour la première fois en 1917 et désigne l’organisation d’une politique de « développements séparés » qui verra la création d’un système légal de division de la population sud-africaine en fonction de critères ethniques (alors dits raciaux) ou linguistiques. Pendant cinquante ans, il permet à une très minoritaire population blanche (colons hollandais et anglais principalement) d’exploiter économiquement les populations noires du pays (Kosean, Zulus, Tswanas, Ndébélés, Xhosas, Basotho,  Pédis, Tsonga, Eswati, principalement) et les travailleurs indiens.

En 1948, et sous la direction du pasteur Calviniste Daniel Malan alors à la tête du Parti National (PN), le terme est inscrit dans la Loi. La population sud-africaine se voit successivement divisée en quatre catégories : Blancs, Métis, Noirs, et Indiens.

Les modalités de ce « développement séparé » – prête nom d’un régime d’exclusion absolue – sont d’une méticulosité et d’une radicalité inédite. Les discriminations s’appliquent à tous les domaines de la vie humaine : droits de circulations, droits de propriétés (ville et campagne) suivis d’une déposition foncière des populations sud-africaine non blanches, système éducatif, système de soin, protection sociale, gestion des relations privées voire intimes (mariages, alliances..). La contestation de ces mesures est interdite : aucun parti d’opposition n’est permis.

La gestion du système s’organise de deux manières : « le petit » et « le grand » Apartheid.

Le « Petit Apartheid » a pour but d’empêcher les contacts entre sud-africains blancs et sud-africains non blancs. Il s’attache à la gestion des transports et des biens ou lieux publics (bus, parcs, jardins, plages, bancs, toilettes, etc.).

Le « Grand Apartheid » est relatif à la création de « Bantoustans » et autres lieux de regroupements/logements obligatoires des sud-africains noirs selon leur groupe ethnique et linguistique. La plupart des villes sont réservées aux populations blanches (afrikaans, britanniques, allemandes, portugaises etc.). Les autres communautés sont entassées sur des territoires exigus, concédés pour la pauvreté de leur sol – l’or de Johannesburg et du Gauteng (sa région) est réservé aux Sud-Africains blancs. La délimitation physique des territoires  va avec l’impossibilité d’en sortir sans autorisation (permis). La gestion du déplacement de l’ensemble des populations  – pour des raisons de travail – est administrée par les Sud-Africains blancs.

Cette ségrégation raciale systématique dure jusqu’au 30 juin 1991.

Pendant quarante ans, l’État ségrégationniste se voit opposer une importante résistance de la population – sud africaine noire en majorité mais aussi sud-africaine blanche – qui implique en retour des pratiques de violences sans limites du gouvernement sur tous ceux qui s’opposent à lui (Intimidations, passage à tabacs, disparitions forcées, séquestrations, tortures, viols etc.).

Toutes les formes de violences sont commises et subies : à celles économiques créées par le système et dont il résulte d’indécentes inégalités sociales, s’ajoutent la violence légale des tortures institutionnalisées, la violence policière aveugle, les procès bâclés et les exécutions sommaires. A la violence symbolique du racisme d’État et à l’humiliation de l’infériorisation d’une majorité des populations du pays s’ajoutent les violences privées (notamment sur les femmes) qui résultent de l’intériorisation de ces normes et de la frustration morale qu’elles créent ; à la déshumanisation des victimes par les actes commis par leurs bourreaux se conjugue la déshumanisation des bourreaux par les actes qu’ils commettent sur leurs victimes. A la violence politique infligée à la population, s’adjoignent celle de la corruption, celle de la résistance, et celle de la violence criminelle que la pauvreté et l’impunité encouragent [2].

 

Une violence qui s’étire.

Les structures légales de L’Apartheid disparaissent par étapes de juin 1991 à avril 1994. C’est l’élection de Nelson Mandela qui sonne le glas.

Couverture du journal The New Yorker, suite à la mort de Nelson Mandela, le 5 décembre 2016.

Mais vingt-cinq ans plus tard, il demeure une Nation qui se bat toujours pour éteindre les feux centenaires des préjugés raciaux qu’elle a nourris ; une Nation qui demeure prise dans des inégalités extrêmes où la prévalence du Sida est la plus répandue au monde, et où se déploie une violence criminelle paroxysmique.

Peut être l’Afrique du Sud est-elle devenue le pays où la pratique du viol est la plus courante. 30% à 60% des femmes auraient subi des violences intimes. 57 000 homicides seraient commis par an, soit dix fois plus qu’aux États-Unis. Meurtres et assassinats – sans compter les attaques non mortelles – auxquels s’ajoutent un taux similaire de vols, de cambriolages, de Hijacking (prise de voiture avec arme) mais aussi le crime organisé, une forte corruption d’État et une inefficacité policière qui fait de l’impunité un attrait supplémentaire aux crimes (10% des actes criminels seraient condamnés). Ces taux feraient de la Nation Sud-Africaine la Nation plus violente au monde hors Nations en guerre [3].

Cet état  de violences extrêmes de la société post-Apartheid est-il lié aux bouleversement d’un peuple en transition démocratique,  toujours un temps fragile ? Ne peut-il aussi s’expliquer sur le temps long de l’histoire d’un pays issu d’un processus de colonisation sanglant suivi d’un régime dictatorial ségrégationniste brutal où la militarisation de la population et les atteintes systématiques aux droits de l’homme, construites sur une base raciale sur plusieurs siècles, ont contribué à créer une « culture de la violence », un système de valeurs et de représentations sociales qui a promu et promeut une esthétique et une possibilité d’actions – la violence physique – comme le signe voire la performance d’une identité légitime ?  [4]

 

Notes :

** La photographie mise en avant sur cette page est du photographe Jürgen Schadeberg. C’est un portrait de Nelson Mandela, prise depuis sa cellule de la prison de Robben Island, en 1994. Il y a passé vingt-sept ans.

[1] François Xavier Fauvelle-Aymar, « Et l’Afrique du Sud inventa l’apartheid« , L’Histoire, vol. 306, no. 2, 2006, pp. 34-34.

[2] Myriam Houssay-Holzschuch, « La violence sud-africaine: Essai d’interprétation », Études, tome 397 (7), 2002, pp. 43-52.

[3] Libération, 7 décembre 2001, cité par Myriam-Houssay-Holzschuch, « La violence sur-africaine…« , art. cit.

[4] Véronique Nahoum-Grappe, « Culture de la violence et différence des sexes : violence du stéréotype. Quelques réflexions issues de l’anthropologie », Les Cahiers Dynamiques, vol. 58, no. 1, 2013, pp. 40-47.

 

Quelques ouvrages:

André Brink, Une saison Blanche et sèche, Paris, Le livre de Poche, 1982.

André Brink, Mes bifurcations, Paris, Actes Sud, 2010.

Sabine Cessou, La fin de l’apartheid: et après ?, Paris, Autrement, 2008.

John Maxwell Coetzee, Disgrâce, Paris, Seuil, 2001.

Augusta Conchiglia, Contradictions et ambiguïtés sud-africaines, Paris, La Découverte, 2009.

François-Xavier Fauvelle, Histoire de l’Afrique du Sud, Paris, Seuil, 2006.

Nadine Gordimer, Un monde d’étrangers, Paris, Albin Michel, 1979.

Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, Paris, Fayard, 1994.

Alan Paton, Pleure, ô pays bien aimé (Cry, the beloved country, 1948, première édition), Paris, Albin Michel, 1950.

Desmond Tutu (dir.), Amnistier l’Apartheid, Travaux de la Commission Vérité et Réconciliation, Paris, Seuil, 2004.

 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search