Archives de catégorie : Violences contre les migrants

« En art, il n’y a pas d’étranger. » L’École de Paris : l’atelier cosmopolite (1900-1929).

1900 [1], « Chinois et Scandinaves, Espagnols et Grecs, Brésiliens et Canadiens, tous se sentent chez eux, sur les rives de la Seine ». Là, « point de contrainte ». Les hommes peuvent « parler, penser, rire, gronder comme » ils le veulent, chacun vit « comme il lui plaît ». Il n’y a pas encore sur le continent cette chape d’idées de plomb – « la race, la classe et l’origine » – qui iront éteindre ses lumières, semant « la méfiance de pays à pays et d’homme à homme » : Paris donne des ailes [2]. Est-ce parce que Stefan Zweig écrit ces lignes quarante ans plus tard, lorsque des hommes hissent sur cette même ville le svastika, que le passé flamboie dans ses mots comme la seule terre où jeter l’ancre ? Est-ce un rêve, son fantasme, un mythe ? Mais le souvenir d’un lieu prodigue où il y avait « place pour toutes les originalités », un lieu de tous les possibles, c’est ce que tant d’artistes – et parmi eux Chagall, Soutine, Foujita, Orloff, Picasso, Gris, Archipenko, Rivera, Vassilieff – témoignent avoir trouvé. C’est pour lui qu’ils traversent l’Europe et les mers. Ensemble, ils forment ce que les livres d’art désignent plus tard sous le terme indéfinissable  « d’École de Paris » [3].

Continuer la lecture de « En art, il n’y a pas d’étranger. » L’École de Paris : l’atelier cosmopolite (1900-1929).