Archives de catégorie : Témoignages

Juillet ou la saison de l’oubli.

Que provoque la fin du deuil «des cents jours» (Icyunamo) pour un rescapé du génocide ? Que ressentent-ils quand, après avril, mai et juin, mois des commémorations, le temps du Kwirabura (« noircir », heures « des ténèbres ») sans être jamais levé (on ne procède pas pour le génocide au Gukura ikiriyo (la levée de deuil), le Kwera, « blanchir, la sortie du noir », n’est jamais prononcé), 1994 et sa mémoire se mettent dans quelques tacites parenthèses nationales pour plusieurs mois ? Que se passe-t-il en eux, quand juillet s’ouvre [1]**?

Continuer la lecture de Juillet ou la saison de l’oubli.

Kwihangana : Survivre, il y a vingt-six ans au Rwanda, dans un plafond.

Où trouver la force de survivre ? Comment le corps résiste-t-il à des conditions de violences extrêmes, à la faim, à la fatigue, à la peur, à l’enfermement ? Est-ce volontaire, instinctif ou le résultat d’une certaine habitude?

Témoignage de Narcisse Nzamurambaho, né en 1962 à Butare et rescapé du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994. Parole recueillie (avril 2019) puis réécrit par Amélie Faucheux, relu et discuté avec lui**.

Continuer la lecture de Kwihangana : Survivre, il y a vingt-six ans au Rwanda, dans un plafond.

Mukingi, un récit de massacres du génocide des Tutsi. Témoignage de Christine, rescapée.

Christine, rescapée du génocide des Tutsi, fait ici le récit des massacres d’avril/mai 1994 auxquels elle a survécus, dans le centre du Rwanda. Elle a alors trente ans. Interrogée sur ce qu’elle comprends de l’origine et de la possibilité du génocide, elle tisse sa réponse par le déroulé des tueries : s’il n’y a pas, selon elle, de causes intégralement rationnelles à un génocide – tout, à première vue, lui semble absurde – du moins les pratiques de massacres, si homogènes sur l’ensemble du territoire, doivent nous interroger sur l’universalité de sa violence.

Continuer la lecture de Mukingi, un récit de massacres du génocide des Tutsi. Témoignage de Christine, rescapée.