Archives de catégorie : Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994

« Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

Pourquoi le déni du génocide par le génocidaire ? Que dit-il des spécificités de ce crime et de ceux qui l’ont commis ? 

Ces questions constituent le coeur d’une étude qui s’est déroulée du 2 août au 3 octobre 2014 au sein de la prison d’Akpro-Missérété au Bénin (Porto-Novo). Elle a permis de s’entretenir  avec treize détenus condamnés pour crime de Génocide par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et un quatorzième, anciennement condamné puis libéré et rencontré à Cotonou.

Continuer la lecture de « Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Né en 1970 sur la colline de Jali, près de Kigali, André B. a  24 ans au temps du génocide. Lorsque je le rencontre dans la capitale, il est très pauvrement habillé.  Son pantalon est particulièrement sale, comme sa chemise, trouée par endroit et effilée sur les manches. Sa veste est trouée, ses pieds couverts de champignons, ses chaussures de plastique ne tiennent plus autour de sa cheville. Il est gêné de s’asseoir devant nous, tient les yeux à terre, évite les regards. Au début de l’entretien, il a du mal à parler, sa honte, réelle, est différente de celle de beaucoup d’autres, un peu gênés pendant l’interview ou dans la salle mais qui le sont moins une fois dehors, quand je les observe regagner des amis ou une famille, à l’orée de la petite salle où se tiennent les entretiens. Son récit est à cette image : l’histoire d’un homme profondément malheureux, méprisé par son père, maltraité par sa belle-mère et qui trouva dans la participation au génocide, au delà de la haine qu’il avait nourri contre les Tutsi par ses proches – familles et amis – l’espoir d’une vie meilleur et surtout d’une reconnaissance paternelle et sociale. Il l’a trouvera dans le temps éphémère du meurtre pour la perdre définitivement ensuite.

Continuer la lecture de Besoin de reconnaissance et génocide : l’enjeu du statut. Entretien avec André B.

Meurtres de masse et condition collective: être dans un groupe. Entretien avec François T, Musambira, Rwanda.

François T., Jeune aide-ménager né en 1981, participe aux massacres des Tutsi de sa colline, au Rwanda, entre avril et mai 1994.  Dans un entretien assez court qu’il me donne avec une grande honnêteté, il revient sur ce qui l’a poussé à participer aux meurtres de celles et ceux qu’il connaissait, sur sa colline natale. A l’écouter, et bien que son propos suive un récit d’abord autobiographique, se dessinent des raisons claires à sa participation. Parmi celles-ci apparaissent son jeune âge, l’enchaînement des évènements (ou la prise dans l’engrenage des évènements sociaux et de ses actes), la peur (celle de la précarité sociale, celle de la guerre, etc.), le plaisir – ce « plaisir » que tant de participants décrivent avoir ressenti au moment de la commission des meurtres – et l’importance de la camaraderie et du collectif : la crainte de ne plus être considéré comme membre de sa communauté s’il ne participe pas.

Continuer la lecture de Meurtres de masse et condition collective: être dans un groupe. Entretien avec François T, Musambira, Rwanda.

Mukingi, un récit de massacres du génocide des Tutsi. Témoignage de Christine, rescapée.

Christine, rescapée du génocide des Tutsi, fait ici le récit des massacres d’avril/mai 1994 auxquels elle a survécus, dans le centre du Rwanda. Elle a alors trente ans. Interrogée sur ce qu’elle comprends de l’origine et de la possibilité du génocide, elle tisse sa réponse par le déroulé des tueries : s’il n’y a pas, selon elle, de causes intégralement rationnelles à un génocide – tout, à première vue, lui semble absurde – du moins les pratiques de massacres, si homogènes sur l’ensemble du territoire, doivent nous interroger sur l’universalité de sa violence.

Continuer la lecture de Mukingi, un récit de massacres du génocide des Tutsi. Témoignage de Christine, rescapée.