Archives de catégorie : Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994

Dis moi quelle langue tu parles, je te dirai qui tu comprends.

Pour se comprendre, est-il indispensable de parler une même langue ? Et est-ce que pour un objet tel qu’un génocide, un évènement d’une si grande violence, les hommes qui l’ont vécue ne devraient pas toujours s’exprimer par les mots seuls qui les ont baignés depuis l’enfance, ceux qui, pour être les plus près de leurs émotions et de leur inconscient, forment la matière première de leur pensée ?

Continuer la lecture de Dis moi quelle langue tu parles, je te dirai qui tu comprends.

Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

Jusqu’où peut aller la liberté d’expression ? Pourquoi  ne pourrait-elle être illimitée, et absolue ? Comment décider de ce qui relève de la liberté de parole et ce qui relève de la calomnie, de la liberté de caricature et de satire ou du cadre de l’insulte voire de la haine? C’est étrange, cette question qui me revient toujours en tête, autour du 7 janvier, par la mémoire encore sidérée de « Charlie ». Étrange, parce qu’à force de voyages et d’investigations au Rwanda, j’ai, à chaque évènement social ou personnel que je rencontre, un exemple spontané qui me vient en tête pour le comparer et le comprendre, une hypothèse née de ce que j’y ai vu, appris, entendu, perçu.

Continuer la lecture de Les discours toxiques : la liberté d’expression en question.

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Synthèse historique et sociologique.

Piller, dénoncer, maltraiter, encourager à tuer ou tuer parfois de ses mains son voisin surtout mais aussi son professeur, son médecin, son collègue, quelquefois sa mère, son conjoint, son demi-frère, son oncle, son neveu, son amie d’enfance, parce qu’il est tutsi : par leur ampleur, ces actes constituent le fait le plus singulier du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994. Comment des individus peuvent-ils en arriver à vouloir exterminer une partie de ceux qu’ils ont connus, voire de leurs plus proches ?

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

Éléments de compréhensions psycho-sociologiques.

Suite à la synthèse chronologique présentée dans l’article précédent  et qui proposait des éléments de compréhensions historiques et sociologiques relatifs aux possibilités des ruptures affectives et sociales qui eurent lieux lors du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994, cette seconde partie revient sur cette question par la présentation de quelques pistes d’analyses psychosociologiques.

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

Dans l’histoire rwandaise, expliquer ce qu’est la « théorie hamitique », c’est retracer la biologisation des catégories Hutu et Tutsi. Car c’est d’une construction purement raciste dont il est question ici : un processus de construction historique, psychologique, sociale et politique de groupes humains par l’attribution à ses membres d’une nature biologique qui aurait une réalité matérielle et des effets sur leurs manières d’être et d’agir.

Continuer la lecture de La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.