Archives de catégorie : Article

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Synthèse historique et sociologique.

Piller, dénoncer, maltraiter, encourager à tuer ou tuer parfois de ses mains son voisin surtout mais aussi son professeur, son médecin, son collègue, quelquefois sa mère, son conjoint, son demi-frère, son oncle, son neveu, son amie d’enfance, parce qu’il est tutsi : par leur ampleur, ces actes constituent le fait le plus singulier du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994. Comment des individus peuvent-ils en arriver à vouloir exterminer une partie de ceux qu’ils ont connus, voire de leurs plus proches ?

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 1.

Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

Éléments de compréhensions psycho-sociologiques.

Suite à la synthèse chronologique présentée dans l’article précédent  et qui proposait des éléments de compréhensions historiques et sociologiques relatifs aux possibilités des ruptures affectives et sociales qui eurent lieux lors du génocide des Tutsis du Rwanda de 1994, cette seconde partie revient sur cette question par la présentation de quelques pistes d’analyses psychosociologiques.

Continuer la lecture de Génocide des Tutsis du Rwanda de 1994 et réseaux de connaissances antérieures. Partie 2.

La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

Dans l’histoire rwandaise, expliquer ce qu’est la « théorie hamitique », c’est retracer la biologisation des catégories Hutu et Tutsi. Car c’est d’une construction purement raciste dont il est question ici : un processus de construction historique, psychologique, sociale et politique de groupes humains par l’attribution à ses membres d’une nature biologique qui aurait une réalité matérielle et des effets sur leurs manières d’être et d’agir.

Continuer la lecture de La théorie hamitique : Elément fondateur de l’imaginaire racial du génocide.

« Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.

Pourquoi le déni du génocide par le génocidaire ? Que dit-il des spécificités de ce crime et de ceux qui l’ont commis ? 

Ces questions constituent le coeur d’une étude qui s’est déroulée du 2 août au 3 octobre 2014 au sein de la prison d’Akpro-Missérété au Bénin (Porto-Novo). Elle a permis de s’entretenir  avec treize détenus condamnés pour crime de Génocide par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et un quatorzième, anciennement condamné puis libéré et rencontré à Cotonou.

Continuer la lecture de « Mais c’était un cœur de bonne qualité !» Génocide et discours du déni.