Edouard Boubat, Inde, 1962

A Propos

** Pourquoi refuse-t-on parfois ce qui, pour nous, à notre idée, est différent ?

Et comment individuellement et socialement ce refus de l’altérité se mut-il en haine , le désir de faire du mal et de jouir de ce mal ? Par quels mécanismes psychologiques, sociaux et politiques l’hostilité à l’autre  se met-elle en place ? 

Et ce rejet n’est-il que cela, un rapport à l’étrangeté d’autrui ?  N’est-il pas aussi, parfois, l’expression d’une crainte, d’une angoisse face à lui, parce qu’il me reflète d’une manière qui me dérange ? Et comment, de cette perception, s’opère le passage à la violence? Et comment de cette violence, se remet-on ?

Par le prisme de récits et d’entretiens avec témoins, victimes et bourreaux de crime de masses, ce carnet se veut une réflexion sur toute violence qui cible ses victimes en raison de leur appartenance groupale : penser la haine dans une approche phénoménologique. A travers l’exemple principal du Rwanda, il espère contribuer à faire mieux connaître certaines des sources des violences identitaires et des génocides.

L’auteure :

Après avoir rédigé une thèse de sociologie (2019) sous la direction de Gloria Origgi (PSL – EHESS Paris et Institut Jean Nicod) sur “La question de la rupture des liens sociaux et familiaux pendant le génocide des Tutsis du Rwanda de 1994”, Amélie Faucheux poursuit des travaux sur le passage à l’acte de massacrer, les processus de reconstructions sociologiques et psychologiques en situation post conflit et les effets de la justice transitionnelle et des commissions vérités et réconciliations sur les préjugés collectifs et les volontés de vengeances.

Contact: prénom suivi du nom (tout en minuscules) suivi de @gmail.com

** La photographie qui sert d’entête à ce carnet – une nurse et une petite fille sur un banc marqué de la mention “European only” à Johannesburg – est du photographe Peter Magubane.

*** De nombreuses photographies utilisées dans ce carnet sont du photographe Édouard Boubat comme celle présentée dans l’entête de cette page (prise en Inde en 1962). Les autorisations de publications en ligne ont été permises par son fils, Bernard Boubat. Qu’il en soit chaleureusement remercié.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search